Familiprix Familiprix : Bon pour la santé
Recherche
Skip Navigation Links
Vendredi 29 août 2014
Entrez un code postal OU une ville (ou arrondissement)
Si on commençait par le début?

J’ai appris en mettant la main à la pâte ou sur le «tas», comme on le dit si bien! Au fil des années, j’ai eu la chance d’être entourée de personnes-clés. à leur façon, chacune d’entre elles m’a permis d’apprendre, d’évoluer, de me perfectionner pour arriver ou j’en suis aujourd’hui. à noter que je suis loin d’avoir terminé mon apprentissage! Je considère que nous sommes en constante évolution et, contrairement à ce que bien des gens croient, il est impossible de tout faire seul. Alors, à mon tour de partager avec vous ce que j’ai appris au cours des dernières années. Vous êtes nombreuses à me demander des conseils et astuces pour lancer votre propre affaire. C’est dans cet esprit qu’au cours des prochains mois, vous trouverez dans la section Mamantrepreneures des articles, conseils, entrevues, références et outils pour venir en aide aux mamans qui ont cette envie (un peu folle!) de se lancer dans la grande aventure de l’entreprenariat!

5 ans plus tôt

Lors du choix du nom de la marque qui présenterait le Shower (événement marquant la lancée de mon entreprise), le nom de Mères & Cie s’est imposé tout naturellement. Pourquoi? Puisqu’à ce moment, mon plus grand désir était de démontrer aux futures et nouvelles mamans qu’il était tout a fait possible d’être maman et entrepreneure. Qu’il était réellement concevable d’avoir une complicité et une collaboration féminine, en affaires. Qu’il était nécessaire de se supporter et s’entraider. C’était donc pour moi normal de donner le nom de Mères & Cie à ce projet. Et maintenant, la suite logique apparait sous la forme de la nouvelle section du site, soit Mamantrepreneures, qui voit le jour.

En attendant le tout premier article qui, je l’espère, vous aidera à mieux cerner l’entreprenariat, je vous invite à faire un petit exercice qui m’a beaucoup aidée à mes débuts et qui m’a fait réfléchir tout au long de ma carrière (à mon compte ou non):

Dressez une liste des supérieurs et patrons que vous avez eus au fil de votre carrière. Que ce soit dans un poste occupé lors de vos études ou un poste de direction. Parmi ceux-ci, sélectionnez celui ou celle (il peut y en avoir plus qu’un) qui vous a particulièrement marquée. Cela peut être pour ses qualités ou ses défauts, l’important est qu’il vous ait marquée. écrivez à côté de celui-ci (ou ceux-ci) les comportements, gestes, qualités et/ou raisons de leur influence sur vous. Vous remarquerez que lors de cet exercice, vous vous remémorerez ce que ces gestes, paroles, actions ou comportements ont pu provoquer sur vous. Posez-vous la question sur l’exemple que vous pouvez en tirer. Croyez-moi, lorsque vous vivrez des situations plus difficiles (et je vous annonce qu’il y en aura), vous aurez une pensée pour cette ou ces personne(s). Dans mon cas, j’ai eu la chance, dès mon jeune âge, de rencontrer un des meilleurs patrons de ma carrière (j’en ai eu une autre un peu plus tard). Je vous dresse le tableau: j’arrive dans un milieu d’homme, un milieu sportif. Je suis alors une femme noire dans la fin de la vingtaine et je pénètre un milieu très traditionnel. Je peux vous dire que j’en ai vu et entendu de toutes les sortes. Bien que fort exigeant, cet homme, mon ancien patron, s’est révélé comme un homme dévoué, d’une grande classe, d’une intégrité et d’un support extraordinaire. Jamais, au grand jamais, il n’aurait dénigré ou rabaissé un membre de son équipe, et ce, devant qui que ce soit. Chaque membre de l’équipe se savait entièrement épaulé, soutenu et toujours supporté par cet homme. N’allez pas croire qu’il était naïf ou encore, docile, loin de là! S’il avait des reproches ou des demandes d’ajustement à faire, elles étaient faites sans hésitation. Mais même dans ses moments de colère, nous sentions le contrôle et le respect qu’il avait pour son équipe.

Alors, lorsque moi, Caroline Casabon, je vis des situations où j’aurais envie d’exploser, de sauter un plomb, de perdre le contrôle, de «péter une coche» en bon français, je pense à Monsieur C. Je m’arrête quelques minutes pour me poser la question suivante: «Il aurait réagi comment, Monsieur C.?» Croyez-moi, ça fonctionne! Bien que cela fera bientôt 20 ans que j’aurai travaillé avec cet homme, il réussit à encore exercer une influence bien présente dans mon quotidien d’entrepreneure. Elle est peut-être là, la première clé de l’entreprenariat: dans le respect de l’équipe qui participera à la construction de notre projet.

Auteur: Caroline Casabon

Ma famille mes finances
Diane Piotte, ambassadrice du calendrier 2012 de Magenta



Votre nom
Votre courriel
Envoyer à :
Nom
Courriel

Message à envoyer