La prévention du cancer du col de l’utérus sera bientôt possible

Unfortunately, this article is only available in French.

Un vaccin bloquant le virus du papillome humain (VPH) pourra prévenir le cancer du col de l’utérus, l’une des causes majeures de cancer chez les femmes. La compagnie Merck a récemment annoncé que l’un de ses vaccins expérimentaux était parfaitement efficace pour prévenir la forme la plus commune de la maladie. Au Canada seulement, 1350 femmes apprennent chaque année qu’elles souffrent de cette maladie et plus de 400 d’entre elles en meurent.

Un vaccin bloquant le virus du papillome humain (VPH) pourra prévenir le cancer du col de l’utérus, l’une des causes majeures de cancer chez les femmes. La compagnie Merck a récemment annoncé que l’un de ses vaccins expérimentaux était parfaitement efficace pour prévenir la forme la plus commune de la maladie. Au Canada seulement, 1350 femmes apprennent chaque année qu’elles souffrent de cette maladie et plus de 400 d’entre elles en meurent. Plus de 12 000 femmes âgées entre 16 et 26 ans et provenant de treize pays ont participé à cette étude d’une durée de deux ans. Elles étaient toutes sexuellement actives et non contaminées par le VPH au début de l’étude. La moitié d’entre elles ont reçu trois doses du vaccin appelé Gardasil et les autres, un placebo. À la fin de l’étude, 21 femmes du groupe n’ayant pas reçu le vaccin étaient atteintes par l’un des deux virus ou présentaient un cancer ou des lésions précancéreuses, contre aucune de celles ayant été immunisées. Gardasil préviendrait donc à 100 % les cancers et les anormalités cellulaires précancéreuses causées par les deux souches principales du VPH, les souches 16 et 18, qui sont responsables de 70 % des cancers cervicaux. Environ 80 % des femmes sexuellement actives sont porteuses d’un VPH, contracté lors d’un contact sexuel. Les personnes infectées sont asymptomatiques. Les hommes sont aussi porteurs du virus, mais normalement asymptomatiques. Ils peuvent quand même transmettre le virus.

Normalement, le système immunitaire des femmes infectées par le VPH empêche ce pathogène de causer du mal. Malheureusement, chez environ 10 % des porteuses du VPH, des anomalies du col de l’utérus, comme des lésions ou des cellules précancéreuses, apparaissent. Elles peuvent être détectées par un prélèvement, comme le test PAP. Pour le moment, les examens gynécologiques réguliers constituent le meilleur moyen de prévention. Ces anomalies se résorberont d'elles-mêmes dans plus de la moitié des cas, sans quoi une intervention sera nécessaire. Le cancer du col de l’utérus évolue très lentement, nécessitant souvent entre 20 et 30 ans pour émerger. Identifié au stade précoce, ce cancer se traite avec un taux de succès de 100 %. Malheureusement, pris trop tard, ce cancer se traite difficilement et trop peu de victoires sont obtenues. Gardasil agit aussi contre les souches 6 et 11 du VPH, responsables de 90 % des verrues génitales, aussi appelées condylomes. Pour être pleinement efficace, on croit qu’il faudrait inoculer le vaccin avant l’adolescence.

Merck souhaite déposer sa demande de permis de commercialisation à la FDA, organisme de réglementation américain, avant la fin de l’année. Une autre compagnie pharmaceutique travaille également sur un vaccin similaire. Le vaccin pourrait être mis en marché aux États-Unis dans moins d’un an. Habituellement, les médicaments sont mis en marché peu de temps après au Canada.

The drugs and pharmaceutical services featured on the familiprix.com website are offered by pharmacists who own the affiliated pharmacies at Familiprix. The information contained on the familiprix.com site is for informational purposes only and does not in any way replace the advice and advice of your pharmacist or any other health professional. Always consult a health professional before taking or discontinuing medication or making any other decision. Familiprix inc. and the proprietary pharmacists affiliated with Familiprix do not engage in any way by making this information available on this website.