Le rofécoxib supérieur aux anti-inflammatoires classiques dans le traitement de l’arthrose

Unfortunately, this article is only available in French.

L’étude ADVANTAGE révèle que le rofécoxib, un anti-inflammatoire de la famille des inhibiteurs de la COX-2, est supérieur aux anti-inflammatoires classiques dans le traitement de l’arthrose, autant du point de vue des effets secondaires que de l’efficacité du traitement à long terme.

L’arthrose est la maladie des articulations la plus fréquemment rencontrée en Amérique du Nord; plus de la moitié de la population âgée de 60 ans ou plus en est atteinte. Il s’agit d’une maladie dégénérative qui attaque le cartilage recouvrant les extrémités des os, provoquant ainsi beaucoup de douleur et de raideur lors des mouvements des articulations. Il n’existe aucun traitement qui permette la guérison de cette maladie. Actuellement, le traitement conventionnel de l’arthrose repose sur le soulagement des symptômes par l’acétaminophène ou par les anti-inflammatoires.

Les anti-inflammatoires sont des médicaments qui, outre leur pouvoir analgésique ou anti-douleur, sont très irritants pour la paroi du système digestif. Ils peuvent donc entraîner plusieurs effets secondaires gastro-intestinaux, surtout lorsqu’ils doivent être consommés régulièrement et voire même quotidiennement comme dans la plupart des cas d’arthrose. Certains effets peuvent être relativement bénins, tels des maux d’estomac passagers, mais peuvent évoluer en ulcères et même aller jusqu’à entraîner des perforations et des saignements du tube digestif, ce qui peut être très grave. On estime en effet qu’une personne sous traitement avec anti-inflammatoire sur cinq éprouvera des effets gastro-intestinaux. Si de tels effets apparaissent et que le traitement aux anti-inflammatoires ne peut être cessé, il y a possibilité de prendre un autre médicament en concomitance qui aura pour rôle de protéger la paroi du tube digestif. Toutefois, l’ajout de ces médicaments, les gastro-protecteurs, ne sont pas toujours efficaces et augmentent le coût de la thérapie.

Pour diminuer les effets gastro-intestinaux des anti-inflammatoires, une nouvelle famille d’anti-inflammatoires, les inhibiteurs de la COX-2 (rofécoxib, célécoxib et valdécoxib) a fait son apparition sur le marché il y a quelques années. Ceux-ci ont un mécanisme d’action légèrement différent de celui des anti-inflammatoires conventionnels, ce qui leur confère une plus grande sélectivité envers le site de la douleur. En d’autres termes, les inhibiteurs de la COX-2, aussi appelés les coxibs, ont un effet beaucoup plus ciblé sur la douleur, et affectent moins l’intégrité de la paroi du tube digestif, même lorsqu’ils doivent être pris de façon chronique. Cependant, leur coût élevé leur ont valu le statut de troisième choix (après l’acétaminophène et les anti-inflammatoires classiques) dans le traitement de l’arthrose.

L’étude ADVANTAGE, dont les résultats ont été récemment publiés, confirme que les inhibiteurs de la COX-2 sont beaucoup mieux tolérés par le système digestif des personnes souffrant d’arthrose que les autres anti-inflammatoires. En outre, elle stipule que les coxibs pourraient être plus efficaces à long terme si l’on considère que plus du tiers des patients sous traitement avec anti-inflammatoires abandonnent celui-ci pour cause d’effets secondaires, laissant alors libre cours au développement de la maladie et à la douleur que celle-ci provoque. Bien entendu, un traitement mieux toléré n’entraînerait probablement pas autant d’abandon ni de reprise des symptômes.

L’étude, d’une durée de 12 semaines, a recruté plus de 5500 participants âgés en moyenne de 63 ans. La moitié de ceux-ci recevaient quotidiennement du rofécoxib tandis que l’autre recevaient du naproxène, un anti-inflammatoires classique. Au terme de l’étude, les chercheurs n’ont pu déceler aucune différence d’efficacité entre les deux traitements, mais le taux d’abandon avec le rofécoxib était plus faible de 26 % à celui observé dans le groupe naproxène. De plus, le recours à un médicament gastro-protecteur en cours d’étude dans le groupe rofécoxib a été diminué de 21 % par rapport au groupe qui recevait le naproxène.

De plus en plus d’évidences sont en faveur des coxibs plutôt que des anti-inflammatoires classiques dans le traitement de l’arthrose. En dépit de leur faible coût, les anti-inflammatoires conventionnels entraînent plus d’effets secondaires gastro-intestinaux potentiellement sérieux. De plus, ils provoquent plus souvent l’abandon du traitement, beaucoup de patients préférant endurer la douleur et la raideur de leurs articulations plutôt que les désagréments causés par leur traitement. À la lumière des résultats de l’étude ADVANTAGE, les médecins s’orienteront peut-être davantage vers la prescription de coxibs pour leurs patients souffrant d’arthrose, surtout lorsqu’une sensibilité aux effets secondaires gastro-intestinaux est suspectée.

The drugs and pharmaceutical services featured on the familiprix.com website are offered by pharmacists who own the affiliated pharmacies at Familiprix. The information contained on the familiprix.com site is for informational purposes only and does not in any way replace the advice and advice of your pharmacist or any other health professional. Always consult a health professional before taking or discontinuing medication or making any other decision. Familiprix inc. and the proprietary pharmacists affiliated with Familiprix do not engage in any way by making this information available on this website.