La vaccination

Depuis le jour de notre naissance, nous sommes bombardés par des millions de germes (bactéries, champignons, virus) capables de causer diverses maladies et qui prospèrent dans notre environnement. Il est par conséquent incroyable que nous ne soyons pas continuellement malades. Même un acte aussi routinier que manger sert de porte d'entrée vers notre organisme pour toute sorte de germes. Qui plus est, un épisode de pharyngite ou une infection des voies respiratoires supérieures contribuent à multiplier le nombre de ces germes de façon dramatique.

Comment arrivons-nous à survivre?

C'est notre système immunitaire qui combat les infections pour assurer notre survie. Ce système reconnaît les bactéries et virus étrangers et répond à l'invasion en produisant des cellules spéciales appelées anticorps. Ces anticorps identifient les envahisseurs ce qui permet à nos « cellules tueuses » d'accomplir leur travail. Ce moyen de défense nécessaire à notre survie s'allie à la capacité du système immunitaire de conserver le « souvenir » de l'envahisseur, ce qui permet à l'organisme de répondre efficacement lors d'une attaque ultérieure. Cette immunité naturelle nous permet de passer à travers la ribambelle de rhumes et d'autres maladies bénignes communes.

Comment les vaccins fonctionnent-ils?

Un vaccin contient généralement une petite quantité (ou une partie) des germes causant une maladie. Ces germes ont habituellement été affaiblis, purifiés ou tués. Le système immunitaire croit néanmoins que ces germes sont réels et produit donc les anticorps nécessaires pour les combattre. Le système immunitaire conserve ensuite l'information nécessaire pour reproduire ces anticorps en prévision d'une nouvelle attaque (qui serait alors une infection bien réelle).Certains vaccins créent une immunité qui durera toute la vie, alors que d'autres (tels le tétanos et la coqueluche) nécessitent des doses de rappel pour entretenir la réponse immunitaire de l'organisme.

Différents types de vaccins

Les vaccins parfaits n'existent toujours pas. Pour cette raison, les chercheurs sont continuellement à la recherche de meilleurs vaccins qui assureront une protection chez un plus grand nombre de patients et qui seront sans danger. Les vaccins présentement sur le marché appartiennent à l'une ou l'autre des catégories suivantes :

  • Vaccin « vivant » atténué : on dit d'un vaccin qu'il est atténué lorsqu'il contient une version affaiblie du germe qui cause la maladie. De par sa grande similarité avec le germe original, le vaccin entraîne une forte réponse du système immunitaire. Il est donc un excellent « professeur ». Parce qu'il contient des germes vivants, le vaccin doit être réfrigéré. Par ailleurs, il existe avec ce genre de vaccin une infime possibilité que le germe atténué (à titre d'organisme vivant) arrive à muter pour redevenir virulent. Pour cette raison, et pour ne prendre aucun risque, on ne recommande généralement pas ce genre de vaccin aux personnes dont le système immunitaire est affaibli. Exemples de vaccins atténués : rougeole, rubéole, oreillons, fièvre jaune;
  • Vaccin inactivé ou « tué » : Ces vaccins contiennent des germes qui ont été tués à l'aide de radiation, de chaleur ou de produits chimiques. Les germes contenus dans ce type de vaccin ne peuvent pas subir de mutation. Ces vaccins sont moins puissants que les vaccins atténués et, pour cette raison, nécessitent généralement plus d'une dose. Exemples de vaccins inactivés : grippe, hépatite A, rage, encéphalite japonaise;
  • Vaccin purifié : Pour ces vaccins, les scientifiques ne conservent que la portion du germe responsable de la réponse immunitaire ou, comme dans les vaccins recombinants, ils produisent les sections importantes du germe grâce à la technologie de l'ADN recombinant. Exemples de vaccins purifiés : hépatite B, coqueluche, pneumonie à Streptococcus pneumoniae, Haemophilus influenza type b;
  • Anatoxine : On peut utiliser ce type de vaccin lorsque la maladie est le résultat d'une toxine produite par une bactérie. Les scientifiques dénaturent la toxine et l'utilisent pour enseigner au système immunitaire à combattre la toxine naturelle. Exemples d'anatoxine : diphtérie, tétanos.

Les vaccins et la population

Un certain pourcentage seuil de la population doit être vacciné pour que l'ensemble de la population puisse bénéficier des avantages de la vaccination. C'est ce qu'on appelle l'immunité collective. Une certaine portion de la population ne sera jamais vaccinée, soit parce que les gens ne peuvent l'être - à cause d'une allergie grave ou d'une défaillance du système immunitaire (p.ex. chez les cancéreux ou les personnes atteintes du VIH) - ou qu'ils ne veulent pas l'être pour des motifs personnels (généralement des motifs religieux ou une crainte envers les vaccins eux-mêmes). L'immunité collective permet généralement de couvrir aussi ces cas d'exception. Cependant, si le pourcentage seuil n'est pas atteint, des flambées de maladies peuvent survenir.

L'allaitement et l'immunité

Le lait maternel contient certains anticorps. Par conséquent, l'allaitement représente une occasion de transmettre, sans douleur, aux bébés une certaine protection contre les maladies. L'allaitement ne fournit cependant pas des anticorps contre toutes les maladies. Pour bien des maladies, dont la diphtérie, la polio, la rougeole, la rubéole et les oreillons, il n'existe que deux façons de se protéger : se faire vacciner ou attraper la maladie, avec les risques que cela encoure.

Vaccination des enfants

Il est aujourd'hui possible de se faire vacciner contre tout près de deux douzaines de maladies. Pour environ la moitié de celles-ci (dont l'encéphalite japonaise, la fièvre jaune et la rage), la vaccination n'est requise que chez les personnes qui se rendent dans les endroits où la maladie est constamment présente (endémique), généralement en Afrique et en Asie. Les autres vaccins font partie du calendrier régulier de vaccination recommandé pour les enfants canadiens. Certains sont combinés afin d'en rendre l'administration plus facile et moins pénible tant pour l'enfant que les parents, alors que d'autres nécessitent une série de doses. Le calendrier régulier de vaccination pour les enfants canadiens inclut présentement : diphtérie, coqueluche, tétanos, poliomyélite, Haemophilus influenza type b, hépatite B, rougeole, rubéole, oreillons, méningite de groupe C, maladie pneumococcique et varicelle.

Il existe aussi des vaccins contre l'influenza (la grippe) et le VPH. Consultez votre professionnel de la santé afin de déterminer si ces vaccins sont nécessaires pour votre enfant. Les vaccins sont administrés selon un calendrier précis qui débute généralement à l'âge de deux mois.

Vaccination et voyage

Avant de partir en voyage à l'extérieur du Canada, assurez-vous d'avoir reçu tous les vaccins nécessaires. Certains pays en développement exigent souvent la vaccination contre les maladies telles l'encéphalite japonaise, la fièvre typhoïde et la fièvre jaune.

Coûts de la vaccination

Au Canada, la vaccination incluse dans le calendrier régulier est gratuite. Pour les autres vaccins, les politiques varient d'une province à l'autre (dans certaines provinces, les patients doivent payer jusqu'à 300 $). Le Canada prépare une stratégie nationale d'immunisation qui devrait permettre d'aligner les politiques provinciales et d'offrir tous les vaccins recommandés (sans frais) dans le cadre d'un calendrier de vaccination systématique.

Effets indésirables des vaccins

Après l'administration du vaccin, on observe parfois une certaine sensibilité ou un peu d'enflure au site d'injection. À l'occasion, certains patients peuvent faire un peu de fièvre après l'administration du vaccin. Il arrive très rarement (au Canada, un cas sur un million) qu'une personne présente des effets indésirables graves à la suite de l'administration d'un vaccin.

Plus d'information

Pour obtenir plus d'information concernant le calendrier régulier de vaccination des enfants de votre province, consultez votre médecin ou votre pharmacien. Si vous partez en voyage, votre pharmacien peut aussi vous fournir une liste de vaccins recommandés en fonction de votre destination et vous orienter vers une clinique santé-voyage au besoin.

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.