Pourquoi tant d’Olympiens souffrent-ils « d’asthme »;?

Tandis que les Jeux olympiques s’ouvrent à Vancouver, un sujet est remis au goût du jour : l’importante proportion des athlètes de haut niveau pratiquant des sports d’hiver qui souffrent de bronchoconstriction induite par l’effort (BIE).

Tandis que les Jeux olympiques s’ouvrent à Vancouver, un sujet est remis au goût du jour : l’importante proportion des athlètes de haut niveau pratiquant des sports d’hiver qui souffrent de bronchoconstriction induite par l’effort (BIE).

Ce trouble, parfois appelé asthme d’effort, est diagnostiqué chez presque la moitié des skieurs de fond d’élite et presque autant de patineurs de vitesse et de hockeyeurs. Il est beaucoup plus fréquent parmi les athlètes pratiquant des sports d’hiver. Même parmi les athlètes récréatifs, la bronchoconstriction induite par l’effort (BIE) tend à se présenter plus souvent chez ceux qui s’entraînent assidûment et en hiver.

La bronchoconstriction induite par l’effort (BIE) est une maladie obstructive réversible des voies respiratoires. Ce trouble se manifeste habituellement cinq minutes après avoir terminé l’activité physique, particulièrement lorsque celle-ci est intense. Environ 90 % des asthmatiques souffrent aussi de BIE, mais on peut présenter une BIE sans être atteint d’une autre forme d’asthme.

Le froid et la sécheresse de l’air en hiver seraient principalement responsables des symptômes. Les voies respiratoires auraient ainsi de la difficulté à bien réchauffer et humidifier la grande quantité d’air inhalé par les athlètes durant un exercice intense. C’est pourquoi le tissu qui forme les bronches deviendrait sec comme une éponge trop pressée, ce qui déclencherait une réponse inflammatoire locale qui resserre les voies aériennes et cause les symptômes.

On croit qu’un nombre disproportionné d’athlètes d’élite de sports d’hiver souffrent de BIE parce qu’ils « blessent »; leurs voies respiratoires en respirant très intensément. En effet, un sportif peut respirer jusqu’à 200 litres d’air par minute, contre cinq ou six au repos. L’inflammation qui en résulte peut devenir chronique avec le temps et chaque entraînement subséquent déclenche plus rapidement un épisode de BIE.

Comment prévenir et traiter la BIE? Il faut prendre des médicaments pour diminuer l’inflammation dans les voies respiratoires et les dilater. De plus, on recommande de faire un réchauffement de cinq à quinze minutes à une intensité inférieure au début de l’entraînement, car ceci peut souvent prévenir les bronchospasmes. Enfin, respirer par le nez plutôt que par la bouche et porter au besoin un foulard devant le nez et la bouche permettrait de réchauffer et d’humidifier davantage l’air peut, ce qui serait bénéfique pour les voies respiratoires de l’amateur de sports d’hiver.

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.