Une approche novatrice pour le traitement de l’Alzheimer

Une équipe du University of Rochester Medical Center publiera dans le numéro de septembre de Nature Medicine les résultats d’une étude sur une approche novatrice dans le traitement de l’Alzheimer.

Une équipe du University of Rochester Medical Center publiera dans le numéro de septembre de Nature Medicine les résultats d’une étude sur une approche novatrice dans le traitement de l’Alzheimer.

On sait depuis longtemps qu’une protéine appelée bêta-amyloïde joue un rôle clé dans l’Alzheimer en s’accumulant sous forme de plaques dans le cerveau. Les plaques de bêta-amyloïde empêcheraient les neurones de faire contact et donc de transmettre de l’information. La bêta-amyloïde est présente partout dans le corps, circulant librement dans les vaisseaux sanguins et ne causant aucun effet négatif, sauf lorsqu’elle s’accumule dans le cerveau.

Les concentrations de bêta-amyloïde libre dans la circulation sanguine seraient proportionnelles à celles présentes dans le cerveau. En théorie, une substance qui permettrait de diminuer les concentrations dans le sang permettrait donc aussi d’abaisser les concentrations dans le cerveau.

Les chercheurs ont découvert qu’une protéine particulière appelée sLRP se liait à la bêta-amyloïde pour la neutraliser. Chez les personnes en santé, de 70 à 90 % de la bêta-amyloïde sanguine serait ainsi neutralisée par la sLRP. Par ailleurs, non seulement les personnes atteintes d’Alzheimer auraient 30 % moins de sLRP que les personnes en santé, mais elle serait souvent endommagée. Pour cette raison, les personnes atteintes d’Alzheimer auraient des concentrations très élevées de bêta-amyloïde dans le sang, et donc aussi dans le cerveau.

En créant une sLRP synthétique ultra-puissante, les chercheurs espéraient pouvoir abaisser les concentrations sanguines de bêta-amyloïde. Ils ont d’abord testé leur création sur du sang de personnes atteintes d’Alzheimer. Les résultats furent très encourageants. Ils testèrent donc ensuite leur produit sur des rats génétiquement manipulés pour présenter les signes et symptômes de l’Alzheimer, notamment des taux élevés de bêta-amyloïde. Ils constatèrent une baisse de 85 à 90 % des taux de bêta-amyloïde dans le cerveau ainsi qu’une amélioration de la capacité d’apprentissage et de la mémoire des rats ayant reçu le sLRP synthétique.

Avec des résultats aussi encourageants, les chercheurs travaillent maintenant à la mise au point d’un produit qui pourra être testé chez l’humain. Les études pourraient débuter d’ici deux ans.

Il y a encore beaucoup d’étapes à franchir avant qu’on puisse savoir si le produit est efficace, et sûr, chez l’humain, mais cette nouvelle lueur d’espoir est certainement la bienvenue!

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.