Vaccination de masse contre le HPV : est-ce vraiment nécessaire?

Un vaccin contre le HPV récemment lancé sur le marché au Canada est au centre d’une controverse. Certaines provinces ont déjà annoncé qu’elles offriraient le vaccin gratuitement aux jeunes filles. Selon certains experts canadiens, il serait toutefois prématuré d’offrir le vaccin gratuitement. Voici leurs arguments.

Un vaccin contre le HPV récemment lancé sur le marché au Canada est au centre d’une controverse. Certaines provinces ont déjà annoncé qu’elles offriraient le vaccin gratuitement aux jeunes filles. Selon certains experts canadiens, il serait toutefois prématuré d’offrir le vaccin gratuitement. Voici leurs arguments.


Le HPV est un virus qui est transmis pendant les relations sexuelles et qui est la cause d’environ 75 % des cas de cancer du col de l’utérus chez la femme. Il existe des dizaines de souches du HPV, et certaines seulement ont été liées au cancer du col de l’utérus. La plupart des infections par le HPV s’accompagnent de symptômes légers qui guérissent spontanément. Le vaccin récemment mis sur le marché protège contre les souches 16 et 18 qui seraient responsables de 70 % des cas de cancer du col de l’utérus.


Le cancer du col de l’utérus, toutes causes confondues, entraîne quelque 400 décès chaque année au Canada. Il est au 11e rang des cancers les plus fréquents et au 13e rang des décès attribuables au cancer. Le nombre de cas et de décès attribuables à ce cancer sont en constante diminution, bien que cette diminution ait ralenti au cours des dernières années.


Par ailleurs, le cancer du col de l’utérus est un cancer à progression relativement lente. Ce type de cancer répond généralement bien au traitement. De plus, il existe un moyen de dépistage facile et accessible à toutes les femmes : le test de Papanicolaou (test Pap). C’est d’ailleurs grâce à ce test si le nombre de cas de cancer du col de l’utérus a connu un déclin marqué au cours des dernières décennies.


Comme le vaccin présentement offert ne protège que contre deux souches de virus, les experts rappellent que les femmes devront continuer à recevoir un test Pap régulièrement. Certains s’inquiètent d’ailleurs que le vaccin ne cause un faux sentiment de sécurité, ce qui pourrait entraîner non pas une baisse des cas de cancer du col, mais une hausse…


Le vaccin vient tout juste d’être mis sur le marché, par conséquent les données sur son innocuité et son efficacité sont encore limitées. Sera-t-il efficace à long terme? Devra-t-on administrer une dose de rappel quelques années plus tard? Les réponses à ces questions ne viendront qu’avec le temps. D’ici là, il faut savoir que le vaccin coûte cher (environ 400 $ pour les 3 doses nécessaires). Une vaccination massive pan-canadienne coûterait quelques 2 milliards de dollars. Dans un contexte où les soins de santé sont en crise, est-il nécessaire d’investir cet argent dans une telle vaccination?


Le vaccin contre le HPV devrait-il être offert gratuitement? C’est une question difficile quand on pense aux sommes d’argent qui devront être investies et au nombre de décès liés à ce virus. Mais s’il demeure à la charge des parents, ne deviendra-t-il pas un vaccin pour les riches seulement? Maintenant que l’Ontario et la Nouvelle-Écosse ont annoncé qu’elles offriraient le vaccin gratuitement aux jeunes filles, le Québec suivra-t-il la vague? C’est à suivre…

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.