Y a-t-il un lien entre l’obésité et la démence?

Des scientifiques ont cherché à démontrer l’influence de l’obésité sur le risque de développer une démence. Ils sont arrivés à la conclusion qu’il existe effectivement une corrélation entre l’obésité dès l’âge de 40 ans et la probabilité de développer la maladie par la suite. C’est donc dire que plus notre poids est important, plus les risques de développer une démence sont élevés au fur et à mesure que l’on vieillit.

La démence, une maladie irréversible qui débute de façon insidieuse et progresse jusqu’à une perte d’autonomie totale, affecte 7,8 % de la population canadienne âgée de 65 ans et plus. Cette affection serait principalement due à une dégénérescence des cellules du cerveau. Ses principales manifestations sont des troubles du langage, de l'attention, de la concentration, de la perception et de la mémoire.La maladie d’Alzheimer est le type de démence le plus connu.

Des scientifiques ont cherché à démontrer l’influence de l’obésité sur le risque de développer une démence. Ils sont arrivés à la conclusion qu’il existe effectivement une corrélation entre l’obésité dès l’âge de 40 ans et la probabilité de développer la maladie par la suite. C’est donc dire que plus notre poids est important, plus les risques de développer une démence sont élevés au fur et à mesure que l’on vieillit.

L’étude conduite par la Fondation médicale Kaiser Permanente et l'université de la Californie portait sur plus de 19 000 patients qui ont été suivis pendant une période moyenne de 27 ans. Le poids des individus était évalué de deux façons, soit par l’IMC (indice de masse corporelle) et l’épaisseur des plis de peau à la hauteur des omoplates et sous les bras. L’IMC permet d’estimer le poids de la personne en fonction de sa surface corporelle tandis que la mesure des plis cutanés estime le pourcentage de graisse corporelle.

La seconde méthode n’a pas permis d’aboutir à des résultats concluants. Cependant, les chercheurs ont découvert une corrélation significative entre un IMC élevé et le risque de développer une démence, risque qui pourrait être jusqu’à 74 % plus élevé chez les plus obèses. Ils ont également observé une distinction entre les hommes et les femmes, ces dernières présentant une plus nette tendance à la démence liée à l’obésité que les hommes. Une femme obèse aurait donc deux fois plus de risques de développer une démence qu’une femme de poids normal alors que chez les hommes, le risque s’élève à 30 %.

Le mécanisme par lequel la surcharge pondérale pourrait être un facteur déterminant dans l’apparition de la démence n’est pas encore connu. Les chercheurs ont émis quelques hypothèses qui restent encore à être confirmées.

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.