Succursale suggérée
1440, Boul St-Antoine, St-Jérôme, QC

Principaux intérêts thérapeutiques

  • Traiter la dépression réactionnelle (dépression légère ou modérée);
  • Traiter les dépressions symptomatiques, réactionnelles et névrotiques qui accompagnent le syndrome psycho-végétatif;
  • Aider à lutter contre l’insomnie;
  • Aider en cas de dérangements nerveux, de troubles affectifs saisonniers, de peur et d’angoisse.

Autres intérêts thérapeutiques/Usage traditionnel

  • Cicatriser les plaies (usage topique);
  • Traiter les piqûres d’insectes, les gerçures, les brûlures superficielles (usage topique);
  • Traiter des algies liées aux affections buccales et/ou de l’oropharynx (usage topique);
  • Traiter la douleur et l’inflammation (usage topique et usage interne);
  • Traiter les désordres neurologiques, incluant l’anxiété, l’irritabilité, la nervosité, l’agitation, le sommeil agité, la migraine, la douleur et les spasmes causés par des blessures aux nerfs;
  • En pédiatrie, traiter la «peur du noir», l’énurésie nocturne et le bégaiement;
  • Traiter les symptômes psychologiques et vasomoteurs (bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, etc.) liés aux ménopauses;
  • Traiter le syndrome prémenstruel;
  • Traiter les phobies et le trouble obsessionnel-compulsif.

Contre-indications

  • Grossesse et allaitement;
  • Dépression d’origine endogène (dépression grave qui peut mener au suicide);
  • Trouble bipolaire: peut provoquer la manie et l’hypomanie;
  • Schizophrénie: peut provoquer des symptômes de psychose;
  • Maladie d’Alzheimer: peut provoquer le delirium;
  • Infertilité: possible diminution de la fertilisation des oocytes;
  • Il est déconseillé après la prise de faire des activités qui nécessitent de la vigilance (conduite des véhicules, travail sur des machines dangereuses, travail en hauteur, etc.);
  • La consommation d’alcool pendant l’usage de millepertuis est controversée.

Avis important

  • Il est recommandé de ne pas consommer le millepertuis au moins 2 semaines avant une intervention chirurgicale. Lors d’une anesthésie, des complications cardiovasculaires accompagnées d’hypotension sont survenues après l’usage de millepertuis sur une période prolongée.

Attention!

  • Il faut rappeler que l’automédication s’avère parfois dangereuse. Une dépression clinique et l’intensité de la dépression devrait être évaluées et suivies par un médecin;
  • Comme le millepertuis peut dangereusement augmenter l’effet des antidépresseurs synthétiques, il faut donner un certain temps pour leur élimination par l’organisme avant de commencer une thérapie avec des produits du millepertuis. Il faut également éviter l’arrêt soudain de la thérapie; il devrait être graduel pour éviter un potentiel syndrome de sevrage.

Précaution

  • Possibilité de photosensibilité: pendant la prise de millepertuis, il faut éviter l’exposition prolongée au soleil. Toutefois, la photosensibilité est minime aux doses thérapeutiques;
  • Il faut également consommer modérément ou éviter tous les aliments riches en tyramine (choux, camembert, hareng, pomme de terre, etc.)

Interactions médicamenteuses

Interactions connues chez l’homme

  • Augmentation de l’effet de différentes catégories d’antidépresseurs (Norpramin, Tofranil, Celexa, Prozac, Fluoxetine, Effexor, Zoloft, etc.);
  • Augmentation de l’effet sédatif des benzodiazépines, des antihistaminiques, des pentobarbitals et d’autres médicaments pouvant causer de la somnolence;
  • Diminution de l’effet anticoagulant du Coumadin;
  • Diminution de l’absorption du Lanoxin;
  • Modifications des saignements menstruels et de leur durée lorsque pris avec des contraceptifs oraux (Alesse, Diane-35, Marvelon, Min-Ovral, Ortho 0,5/35, Triphasil, etc.);
  • Diminution de l’effet du Sandimmune et du Neoral ; risque de rejet d’organes ou de tissus transplantés;
  • Diminution de l’effet du Sandimmune et du Neoral ; risque de rejet d’organes ou de tissus transplantés;
  • Diminution de l’effet de la théophylline; cependant dans le seul cas connu, le millepertuis a été utilisé en association avec d’autres plantes;
  • Diminution de l’effet du Dilantin.

Interactions suspectées

  • Augmentation théorique de l’effet de la dextrométhorphane, de la pseudoéphédrine et d’autres décongestionnants (Balminil DM, Robitussin DM, Benylin DM, etc.); du Tramadol (analgésique); de l’Imitrex (antimigraineux) et du Talwin (analgésique narcotique) par augmentation du taux de sérotonine tout en provoquant des syndromes sérotoninergiques (fièvre, somnolence, agitation, rigidité, euphorie, tremblements, etc.);
  • Altération théorique du métabolisme de certains antiarythmiques et antihypertenseurs (Cardizem, Isoptin, Cozaar, etc.), de certains antinéoplasiques (Vinblastine, Vincristine, Taxol, Cytoxan, Procytox, Tamofen, Vepesid, etc.), de certains antifongiques (Nizoral, Sporanox, etc.), des glucocorticoïdes et de beaucoup de médicaments d’autres catégories: SIDA (Norvir, Fortovase, Invirase; Rescriptor, Sustiva); inhibiteurs immunitaires (Sandimmune, Neoral, Prograf); anticholestéroles (Pravachol, Zocor, Lipitor), etc.

Parties utilisées

Sommité fleurie

Principaux constituants

  • Hypéricine, hyperforine, flavonoïdes, huile essentielle.

Autres noms

Hypericum perforatum, Herbe aux cent trous, herbe aux mille trous, herbe percée, herbe aux piqûres, herbe Saint-Jacques, herbe Saint-Jean, chasse diable