L’alcool durant la grossesse : une combinaison à éviter

Unfortunately, this article is only available in French.

Les experts croient qu’il n’y a pas de quantité sécuritaire d’alcool que les futures mamans peuvent boire.

Lors d’une récente conférence sur le syndrome de l’alcoolisme foetal (SAF) tenue au Royaume-Uni, les experts ont affirmé que même une très petite consommation d’alcool peut nuire à l’enfant à naître.

Au Canada, au moins un enfant naît avec le syndrome d'alcoolisme foetal (SAF) chaque jour. Le SAF et les effets de l'alcool sur le foetus sont l'une des principales anomalies congénitales évitables connues chez les enfants canadiens. Dans les pays industrialisés, on estime qu'un à trois enfants sur 1 000 est atteint du SAF à la naissance. D’autres études suggèrent que le nombre d’enfants atteints serait encore plus élevé dans certaines collectivités autochtones.

L'exposition prénatale à l'alcool peut entraîner des déficits neurologiques qui peuvent inclure les troubles d'apprentissage, l'hyperactivité, les déficits d'attention ou défauts de mémoire, l'incapacité de gérer la colère et les difficultés à résoudre des problèmes. Une intervention précoce peut réduire les conséquences possibles, comme le décrochage scolaire, l'abus de drogues et d'alcool, etc.

Le cerveau des bébés se développe tout au cours de la grossesse, mais la période la plus critique demeure les trois premiers mois alors que les organes se développent. Souvent, les femmes portant un foetus à ce stade ne savent pas encore qu’elles sont enceintes.

Selon ces scientifiques, plus de bébés souffriraient des conséquences maternelles de consommation d’alcool que précédemment admis, possiblement jusqu’à 1 % des enfants. Si les formes les plus sévères du SAF sont diagnostiquées, les jeunes héritant de conséquences moins graves sont mal identifiés. On croit à tort qu’ils ont des troubles de comportement.

Il ne faut pas non plus paniquer si vous êtes enceinte ou pensez le devenir et avez bu quelques verres d’alcool. La probabilité que votre enfant soit affecté après un écart demeure minime. Il faut toutefois avoir à l’esprit que le risque demeure présent et que le seul moyen de le rendre nul est de cesser toute consommation d’alcool durant la grossesse.

Parce que la santé est le plus beau cadeau que l’on peut offrir à son enfant, ce sacrifice momentané en vaut bien la peine.

The drugs and pharmaceutical services featured on the familiprix.com website are offered by pharmacists who own the affiliated pharmacies at Familiprix. The information contained on the familiprix.com site is for informational purposes only and does not in any way replace the advice and advice of your pharmacist or any other health professional. Always consult a health professional before taking or discontinuing medication or making any other decision. Familiprix inc. and the proprietary pharmacists affiliated with Familiprix do not engage in any way by making this information available on this website.