Progrès dans le dépistage de la pré-éclampsie

Unfortunately, this article is only available in French.

La mesure urinaire d’une protéine clé chez les femmes enceintes à la mi-grossesse pourrait aider à identifier celles à risque de souffrir de pré-éclampsie.

La pré-éclampsie est un problème causant de l’hypertension chez les femmes enceintes qui apparaît principalement après la vingtième semaine de grossesse. Dans les cas graves, l’éclampsie se développe subitement, provoquant une crise de convulsions et une élévation brusque de la pression sanguine chez la mère qui mettent sa vie en péril et forcent un accouchement prématuré.

Cette maladie se développe au cours d’environ 5 % des grossesses et constitue l’une des premières causes de décès à l’échelle mondiale chez les mères et les foetus.

Des recherches effectuées par une équipe de chercheurs israéliens avaient déjà suggéré que la pré-éclampsie est liée à un déséquilibre d’une famille de protéines appelées facteurs de croissance angiogéniques qui stimulent la prolifération des petits vaisseaux sanguins. Ils ont récemment remarqué que la concentration urinaire d’une de ces protéines était inférieure chez les femmes souffrant de pré-éclampsie. Au cours d’une grossesse normale, le foetus signale au corps de la mère d’élargir son réseau de vaisseaux sanguins vers le placenta, qui fournit oxygène et nutriments au bébé en devenir. Dans les cas de pré-éclampsie, le réseau de vaisseaux alimentant le placenta croît de façon plus limitée.

Les médecins dépistent actuellement la pré-éclampsie en mesurant régulièrement la pression sanguine des futures mères et en vérifiant la concentration de protéines présentes dans l’urine de ces femmes au cours du troisième trimestre de grossesse. Lorsqu’une augmentation de la pression sanguine est notée, il peut néanmoins être déjà trop tard pour arrêter la progression de la maladie, d’où l’intérêt d’un dépistage plus précoce pour éviter les complications. Un simple test d’urine pourrait éventuellement prédire le début de cette maladie un ou deux mois avant l’apparition des symptômes et ainsi permettre d’adapter le suivi de la mère et du bébé à naître.

Même si les femmes à risque d’éclampsie grave sont identifiées, un important problème demeure : les interventions pour contrôler l’hypertension chez la femme enceinte sont encore fort limitées. Espérons que de futurs travaux scientifiques permettront de combler cette lacune!

The drugs and pharmaceutical services featured on the familiprix.com website are offered by pharmacists who own the affiliated pharmacies at Familiprix. The information contained on the familiprix.com site is for informational purposes only and does not in any way replace the advice and advice of your pharmacist or any other health professional. Always consult a health professional before taking or discontinuing medication or making any other decision. Familiprix inc. and the proprietary pharmacists affiliated with Familiprix do not engage in any way by making this information available on this website.