Qu’est-ce que le SARM?

Unfortunately, this article is only available in French.

Au cours des derniers temps, le SARM a souvent défrayé les manchettes au Québec. Pourquoi? Qui est-il vraiment?

Au cours des derniers temps, le SARM a souvent défrayé les manchettes au Québec. Pourquoi? Qui est-il vraiment?

Le Staphylococcus aureus (SA) est une bactérie très courante que l’on retrouve chez environ trois personnes en santé sur dix. Elle se loge dans des endroits chauds et humides du corps et dans le nez. Cette bactérie ne cause habituellement pas de problèmes aux porteurs, mais dans certaines conditions, elle peut provoquer des infections. Par exemple, une infection peut survenir lorsque des mains contaminées touchent une peau endommagée.

Le SA peut causer des infections à la peau, au sang et aux organes.La méthicilline fait partie d’une famille d’antibiotiques prescrite pour combattre le SA. Malheureusement, certaines bactéries deviennent résistantes à cet antibiotique et ne sont plus éliminées par ce dernier. C’est de là que provient le nom Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM). En 1995, seulement 2 % des Staphylococcus aureus au Québec étaient résistants à la méthicilline (SARM). Cette proportion a toutefois grimpé constamment de 16 % en l'an 2000, à 27 % en 2004. L’ennui avec le SARM, c’est qu’il résiste à plusieurs antibiotiques connus. Une infection causée par ce microorganisme peut donc être difficile à traiter parce que les médecins disposent d’un nombre plus limité d’antibiotiques efficaces contre cette bactérie.

Le SARM se propage le plus souvent d'une personne à l'autre par contact direct avec une personne porteuse de la bactérie, habituellement par les mains. Il s’attaque principalement aux personnes âgées ou très malades. Depuis cinq ans, sa progression a été importante au Québec. Il est maintenant présent dans la plupart des grands hôpitaux et dans presque toutes les régions de la province. La propagation du SARM dans les hôpitaux est difficile à contrôler, puisque les patients qui sont intubés, qui ont des cathéters ou des plaies ouvertes ont un risque élevé de développer une infection. Pour contenir la bactérie, il faut augmenter les mesures de dépistage, isoler les personnes infectées et resserrer les mesures d'hygiène. Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a alloué 20 millions de dollars pour lutter contre les infections en milieu hospitalier en janvier dernier. La meilleure façon d’éviter d’être infecté par le SARM, et par bien d’autres pathogènes, est d’adopter quelques mesures d’hygiène simples. Il faut notamment se laver les mains fréquemment en frottant vigoureusement durant au moins 15 secondes ou en utilisant un gel à base d’alcool. Les articles personnels comme les serviettes, les tasses et les brosses à dents ne devraient pas être partagés. Toute blessure devrait être nettoyée et couverte rapidement. La bouche devrait être cachée au moment d’éternuer ou de tousser.

The drugs and pharmaceutical services featured on the familiprix.com website are offered by pharmacists who own the affiliated pharmacies at Familiprix. The information contained on the familiprix.com site is for informational purposes only and does not in any way replace the advice and advice of your pharmacist or any other health professional. Always consult a health professional before taking or discontinuing medication or making any other decision. Familiprix inc. and the proprietary pharmacists affiliated with Familiprix do not engage in any way by making this information available on this website.