Quand printemps rime avec «allergies saisonnières»

Le soleil se fait plus insistant. La neige fond tranquillement. Quelques fleurs hâtives apparaissent là où le gazon est déjà à découvert. Les bourgeons commencent à se transformer. Le printemps est à nos portes et votre nez se met à couler et vous vous mettez à éternuer… Un dernier rhume avant l’été ou des allergies? 

Le pollen est responsable de la majorité des allergies dites «saisonnières», c’est-à-dire des allergies qui se manifestent pendant une période précise. Le pollen est une fine poudre qui est transportée d’une plante à une autre par le vent, les abeilles, les oiseaux, les insectes ou d’autres animaux. La propagation du pollen est essentielle pour la reproduction de nombreuses plantes, mais elle est aussi la source de beaucoup d’inconfort pour les personnes allergiques! 

Pourquoi certaines personnes sont-elles allergiques au pollen?

Le système immunitaire du corps humain a comme mission de détruire les agents extérieurs qui peuvent nous rendre malades, notamment les virus et les bactéries.

Parfois, pour des raisons qui sont encore mal comprises, le système immunitaire se trompe de cible. Il pense à tort qu’il doit s’attaquer à une substance qui est pourtant sans danger pour le corps humain. C’est ce qui arrive avec les allergies aux pollens, aux animaux, aux aliments, aux médicaments, etc. 

Lorsque du pollen entre dans le corps (par le nez ou les yeux par exemple), le système immunitaire déclenche une attaque pour se débarrasser de l’intrus, ce qui se traduit par l’apparition des symptômes typiques de l’allergie :

  • Démangeaisons dans le nez, la bouche ou la gorge
  • Écoulement nasal (clair, liquide)
  • Éternuements (généralement en rafales)
  • Congestion nasale

Des symptômes oculaires — démangeaison, larmoiement, rougeur des yeux — sont souvent aussi présents, surtout lorsque les allergies sont causées par le pollen.

Les trois «saisons» des allergies saisonnières

Au Québec, il y a trois «saisons» de pollen qui causent des allergies saisonnières :

  • Au début du printemps (mars – avril) quand les arbres et arbustes relâchent leur pollen;
  • Au début de l’été, quand les graminées et les herbacées libèrent à leur tour leur pollen;
  • À la fin de l’été et tout l’automne quand les épis de fleurs de l’herbe à poux relâchent leurs grains de pollen dans l’air.

Lorsque des symptômes surviennent tôt au printemps, on a parfois tendance à penser à un rhume avant les allergies, surtout quand il y a encore de la neige au sol! Bien que les deux affections puissent s’accompagner de congestion nasale, les sécrétions causées par le rhume sont habituellement épaisses et colorées (jaune ou vert) alors que celles des allergies sont liquides et claires. De plus, il n’y a pas de démangeaison dans le rhume. Enfin, bien que les maux de tête et la toux soient fréquents avec le rhume, ils sont rares avec les allergies.

Peut-on prévenir les allergies saisonnières?

Comme le pollen est présent en grande quantité dans l’air, il est pratiquement impossible de ne pas y être exposé du tout. Par contre, certaines mesures peuvent réduire notre exposition de façon significative, par exemple :

  • Éviter les activités extérieures le matin et les jours de grand vent, car le pollen est présent en plus grande quantité dans l’air.
  • Au contraire, profitez des moments après une pluie pour faire vos activités extérieures. En effet, la pluie fait tomber au sol une bonne partie du pollen qui flottait dans l’air;
  • Après toute activité extérieure, mettez vos vêtements au lavage et lavez-vous, y compris vos cheveux. Les cheveux sont de véritables aimants à pollen!
  • Pendant les saisons de pollen, gardez vos fenêtres fermées, à la maison comme dans la voiture, et ne faites pas sécher vos vêtements, draps et serviettes à l’extérieur.

Que faire pour soulager les symptômes?

En plus des mesures préventives, différents médicaments peuvent être utilisés pour soulager les symptômes d’allergies saisonnières.

Les solutions salines sont très utiles, car elles permettent de soulager la congestion nasale et de «nettoyer» le nez ce qui permet de réduire le contact avec le pollen. De plus, elles conviennent à tous, enfants comme adultes. Les solutions salines sont offertes sous forme de vaporisateur ou de «douche nasale». Les douches ont l’avantage de nettoyer plus en profondeur. N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien. Il vous expliquera le mode d’emploi.

Les corticostéroïdes en vaporisation nasale sont efficaces contre tous les symptômes des allergies saisonnières, incluant la congestion nasale et les symptômes oculaires. On les recommande lorsque les symptômes sont assez importants pour perturber le sommeil ou les activités quotidiennes ou lorsqu’ils persistent pendant plusieurs semaines. La plupart sont vendus sur ordonnance, mais un produit est vendu sans ordonnance (sous le contrôle du pharmacien, derrière le comptoir de la pharmacie). Idéalement, on devrait commencer le traitement une à deux semaines avant le début de la saison du pollen auquel on est allergique et le poursuivre régulièrement jusqu’à la fin de la saison.

Les antihistaminiques sont utiles pour soulager les démangeaisons, l’écoulement nasal et les éternuements, mais ils sont peu efficaces contre la congestion nasale. Ils sont un bon choix lorsque les symptômes sont légers et peu fréquents. Ils sont offerts en comprimés ou en sirop. Certains produits causent de la somnolence. Bien qu’il existe aussi des gouttes pour les yeux, les antihistaminiques pris par la bouche sont généralement efficaces contre les symptômes oculaires.

Les décongestionnants ne sont efficaces que contre la congestion nasale. Ils existent en comprimés et en vaporisateur pour le nez. Il est important de ne pas utiliser les vaporisateurs plus de 3 à 5 jours consécutifs, car ils peuvent causer une congestion «rebond», c’est-à-dire une congestion causée par le médicament lui-même.

Faut-il passer des tests d’allergies?

Vous avez des symptômes d’allergies saisonnières tous les printemps, mais vous ne savez pas trop à quoi exactement vous êtes allergique? Il serait bon d’en parler à votre médecin. Des tests d’allergies pourraient vous aider à identifier quelles substances déclenchent vos symptômes et ainsi vous aider à mieux cibler vos mesures préventives et votre traitement.

De plus, pour certaines substances, comme les plantes et les animaux de compagnie, il est parfois possible de suivre des traitements de désensibilisation afin d’amener le système immunitaire à moins réagir.

Votre pharmacien peut vous aider!

Votre médecin vous a déjà prescrit un médicament pour les allergies saisonnières, mais il n’est plus renouvelable? Votre pharmacien peut peut-être vous le prescrire, si votre situation respecte un certain nombre de critères. Il vous faudra rencontrer le pharmacien pour qu’il évalue la situation. Des frais pourraient s’appliquer.

En conclusion

Vous avez des questions sur les allergies saisonnières? N’hésitez pas à consulter votre pharmacien. Il est là pour vous!

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.