Des trucs pour maîtriser une incontinence urinaire

L’incontinence urinaire est un problème de santé qui peut être très gênant. Certains cas graves nécessitent la prise de médicaments ou même une intervention chirurgicale. Toutefois, bien des cas plus légers peuvent être maîtrisés par des approches ni pharmacologiques ni chirurgicales.

L’incontinence urinaire est un problème de santé qui peut être très gênant. Certains cas graves nécessitent la prise de médicaments ou même une intervention chirurgicale. Toutefois, bien des cas plus légers peuvent être maîtrisés par des approches ni pharmacologiques ni chirurgicales.

Parfois, l’incontinence est causée par une infection urinaire ou vaginale, la prise de médicaments ou un déséquilibre hormonal. Ces problèmes sont généralement transitoires et se règlent avec la disparition de l’agent causal.

Par ailleurs, un mauvais fonctionnement du muscle de la vessie ou des sphincters peut entraîner une incontinence persistante. Il en existe plusieurs types. 1) La vessie hyperactive est caractérisée par la contraction involontaire du gros muscle de la vessie (le détrusor) qui provoque une envie soudaine et irrépressible d’uriner même si la vessie n’est pas pleine. 2) L’incontinence urinaire d’effort résulte d’un affaiblissement des muscles de soutien qui entourent l’urètre (le canal qui permet de vider la vessie). Dans ces cas, même une petite augmentation de la pression intra-abdominale (par exemple lorsqu’une personne tousse, éternue, rit, fait de l’exercice ou soulève un objet lourd) peut entraîner des pertes d’urine. 3) L’incontinence d’urgence est une perte involontaire d’urine accompagnée d’une sensation d’urgence avant ou pendant l’écoulement. Ce type d’incontinence s’accompagne souvent de pertes d’urine importantes. 4) L’incontinence mixte est une combinaison des symptômes de l’incontinence d’urgence et de l’incontinence d’effort.

Certaines personnes aux prises avec une incontinence légère peuvent mettre en place des stratégies qui pourront aider à diminuer leurs symptômes. Elles peuvent par exemple porter une attention particulière à leur consommation de liquide. En effet, une consommation trop importante de liquide augmente la quantité d’urine produite et donc le besoin d’uriner. Elle entraîne aussi une pression importante sur la vessie. Certains aliments peuvent aussi causer une irritation de la vessie. Pour les identifier, on recommande de tenir un journal alimentaire et d’y inscrire la survenue de symptômes. On pourra alors établir s’il existe un lien entre les deux. Lorsqu’on croit avoir identifié un aliment irritant, on doit cesser de le consommer pendant quelques jours, puis le réintroduire dans l’alimentation. S’il était vraiment en cause, les symptômes cesseront puis réapparaîtront.

Les personnes qui souffrent d’incontinence ont tendance à uriner dès qu’elles ressentent le moindre besoin, de peur d’avoir un « accident »;. Avec le temps cependant, elles en viennent à croire que leur vessie est toujours pleine alors qu’elle ne l’est pas. Il leur faudra alors ré-éduquer leur vessie. Pour ce faire, elles peuvent commencer par aller uriner à heures fixes. Par la suite, elles allongent l’intervalle entre chaque miction afin de permettre l’accumulation d’une plus grande quantité d’urine dans la vessie. Ceci permet de recommencer à reconnaître et à contrôler le besoin d’uriner.

Les personnes qui souffrent d’incontinence d’effort peuvent faire des exercices pour renforcer les muscles qui soutiennent leur vessie et les sphincters qui permettent d’interrompre le flot d’urine. Pour faire ces exercices (dits de Kegel), il faut contracter les muscles du plancher pelvien, comme si on voulait interrompre une miction. Faits régulièrement, ces exercices peuvent aider à réduire les « accidents »;.

Enfin, l’obésité joue un rôle dans certains cas d’incontinence en causant une pression continuelle sur la vessie. Dans ces cas, la perte de poids pourrait réduire ou même régler le problème.

L’incontinence urinaire légère est un problème de santé incommodant et gênant qui peut souvent être pris en charge efficacement par des stratégies non pharmacologiques. Pour en savoir plus, consultez votre pharmacien ou votre médecin.

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.