Du thon c’est bon, mais pas trop souvent

Il semble qu’il vaudrait mieux s’assurer de varier les types de poisson que nous mangeons pour éviter de s’exposer à des taux trop élevés de mercure.

Selon de nombreux experts, les Nord-Américains ne consomment pas assez de poisson, et surtout de poisson « gras »; riches en omega-3. Les oméga-3 sont des acides gras essentiels à la bonne santé cardiovasculaire, notamment. Le corps humain n’en produit toutefois pas et il faut donc se les procurer par l’alimentation. Les poissons « gras »;, comme le thon, le saumon, le maquereau et la sardine, en sont riches. Pour cette raison, les experts recommandent d’en consommer une à deux portions par semaine. Il semble toutefois qu’il vaudrait mieux s’assurer de varier les types de poisson consommé pour éviter de s’exposer à des taux trop élevés de mercure.

Le mercure est un minéraux qui se retrouve dans les cours d’eau à la suite de l’activité humaine. Une fois dans l’eau, des bactéries le transforment en méthylmercure, un produit toxique qui s’accumule dans la chair des poissons. On sait aujourd’hui que ce sont les gros poissons prédateurs (qui se nourrissent d’autres poissons) qui en contiennent le plus. Le problème, c’est qu’une fois fixé à la chair du poisson, il est impossible d’éliminer le méthylmercure. Même la cuisson n’y fait rien.

Qui plus est, les taux de mercure varient beaucoup en fonction de la provenance du poisson, particulièrement pour le thon. Malheureusement, il est presque impossible de connaître la provenance du poisson qu’on achète ou qui est utilisé pour préparer nos sushis préférés. De plus, les poissons sont rarement analysés pour déterminer leur taux de mercure. Le consommateur peut donc difficilement savoir si le thon qu’il consomme contient peu ou beaucoup de mercure.

Comme l’intoxication au mercure peut causer des lésions au cerveau, il est important de bien choisir les poissons que l’on mange. Il n’est pas question de se passer de poisson toutefois. En effet, les bienfaits de la consommation de poisson, notamment par leur apport en oméga-3, sont trop importants. Tout est donc dans le choix de l’espèce et la fréquence de consommation.

Les experts recommandent donc de manger au moins deux portions de poisson par semaine, mais de varier les espèces. Plusieurs espèces de poisson ne contiennent que de très faibles taux de mercure, notamment le saumon (sauvage ou d’élevage), la truite, la morue, la plie et le tilapia. C’est aussi le cas de fruits de mer comme la crevette, le crabe et les pétoncles.

Pour demeurer en santé, il faut être actif physiquement et avoir une alimentation variée. Santé Canada a récemment révisé le guide alimentaire canadien. Vous pouvez le consulter pour connaître les recommandations pour votre groupe d’âge. La variété dans votre assiette, c’est bon pour la santé!

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.