Le poisson, source de jouvence?

Il semblerait que la consommation régulière de poisson ralentit le vieillissement cérébral. Pour les besoins d’une étude parue récemment, 3718 personnes âgées de plus de 65 ans ont été suivies durant six ans. Elles ont été interviewées trois fois à la maison au cours de cette période. Les participants qui mangeaient du poisson une fois par semaine ont montré un ralentissement de 10 % du déclin de leurs fonctions cérébrales, soit l’équivalent d’une réduction de trois ans d’âge mental, alors que ceux qui mangeaient du poisson au moins deux fois par semaine ont montré un déclin de 13 % ou l’équivalent de quatre ans d’âge mental.

Il semblerait que la consommation régulière de poisson ralentit le vieillissement cérébral. Pour les besoins d’une étude parue récemment, 3718 personnes âgées de plus de 65 ans ont été suivies durant six ans. Elles ont été interviewées trois fois à la maison au cours de cette période. Les participants qui mangeaient du poisson une fois par semaine ont montré un ralentissement de 10 % du déclin de leurs fonctions cérébrales, soit l’équivalent d’une réduction de trois ans d’âge mental, alors que ceux qui mangeaient du poisson au moins deux fois par semaine ont montré un déclin de 13 % ou l’équivalent de quatre ans d’âge mental. Les produits marins sont riches en acides gras oméga-3, qui seraient des substances essentielles au développement et au maintien des fonctions cérébrales.

Une étude suédoise antérieure avait pour sa part montré que la consommation régulière de poissons gras (sardine, hareng, maquereau et saumon) réduirait de moitié le risque de souffrir d’un cancer de la prostate. Plus la consommation de poisson est grande, plus la fréquence des cancers de la prostate diminuerait.

La consommation, même faible, de poissons gras abaisserait aussi de 44 % les risques de mourir d’une crise cardiaque selon une étude américaine. Cela s’ajoute aux bénéfices cardiaques déjà démontrés par nombre d’études sur les oméga-3, tels qu’une diminution de la pression sanguine, du taux de triglycérides (acides gras) dans le sang et des risques de thrombose (caillots).

Le poisson est un aliment riche en protéines et en sels minéraux, mais pauvre en calories, en gras saturés et en cholestérol. C’est un aliment de choix! Pour profiter de ces différents bénéfices, il est recommandé de manger du poisson au moins deux fois par semaine, de préférence non frit! Les gros poissons prédateurs, de par leur position au sommet de la chaîne alimentaire, tendent à accumuler dans leurs chairs les métaux lourds et les toxines de l’environnement. Les femmes enceintes et les jeunes enfants devraient donc éviter de consommer de grandes quantités de poissons tels que le requin, l’espadon et le maquereau royal.

Bon appétit!

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.