Piqûres d’insectes

Au Québec, le retour de la saison chaude rime avec la réapparition des insectes. De mai à septembre, il nous faut composer avec une multitude de bestioles qui ont une caractéristique en commun : elles piquent! Maringouins, abeilles, guêpes, mouches noires et brûlots peuvent transformer une tranquille sortie en plein air en un véritable calvaire.

Au Québec, le retour de la saison chaude rime avec la réapparition des insectes. De mai à septembre, il nous faut composer avec une multitude de bestioles qui ont une caractéristique en commun : elles piquent! Maringouins, abeilles, guêpes, mouches noires et brûlots peuvent transformer une tranquille sortie en plein air en un véritable calvaire.

Chaque espèce possède des moeurs particulières, des saisons et des habitats favoris. Les maringouins, par exemple, sont surtout présents en juin et juillet. Leur bourdonnement peut être particulièrement incommodant et ils ont la propriété de pouvoir piquer à travers les vêtements. Ils sont généralement inoffensifs, mais peuvent parfois transmettre des maladies, comme le virus du Nil occidental.

La mouche noire, quant à elle, affectionne particulièrement les régions riches en conifères. Les adeptes des grands bois doivent composer avec cet insecte jusqu’en septembre. Plus petite que le maringouin, sa taille lui permet de se faufiler à l’intérieur des vêtements. Elles ont une prédilection marquée pour les endroits plus ombragés du corps comme l'arrière des oreilles, le cou ou les chevilles.

Les brûlots doivent leur nom à la sensation de brûlure provoquée lors de la morsure. Présents de la fin mai à juillet, ils sont actifs 24 heures sur 24, avec un regain d’énergie remarquable en fin d’après-midi. Si leur petite taille ne leur permet pas de piquer à travers les vêtements, ils arrivent parfois à passer à travers les moustiquaires.

Les abeilles et les guêpes sont probablement les plus redoutées de tous les insectes piqueurs. De taille plus imposante, elles possèdent un dard rétractile situé à l’extrémité postérieure de leur abdomen. Si les abeilles ne piquent qu’une fois et laissent leur dard dans la peau, les guêpes peuvent piquer à plusieurs reprises, car elles ont un dard lisse qui ne reste pas dans la peau. Dans les deux cas, la piqûre est douloureuse et inconfortable.

Réaction bénigne et normale

Fort heureusement, les piqûres d’insectes sont généralement bénignes. Elles causent généralement une enflure locale ou une boursouflure, de la démangeaison ou une sensation de brûlure. Les piqûres sur les paupières engendrent souvent une enflure plus importante. Les symptômes disparaissent naturellement au bout de quelques heures ou de quelques jours.

Dans la majorité des cas, on recommande de nettoyer l’endroit atteint avec de l’eau et du savon. Si le dard de l'insecte est visible, on le retire avec une pince à épiler préalablement désinfectée. L’application de compresses humides froides est une méthode simple et efficace pour atténuer l’enflure et la douleur.

Plusieurs produits existent également sur le marché pour soulager les différents symptômes : analgésiques, lotions de calamine, antihistaminiques, antiseptiques cutanés. Votre pharmacien pourra vous orienter vers le bon choix en fonction de vos besoins spécifiques. Dans tous les cas, il est important d’éviter de gratter la plaie à répétition pour ne pas provoquer une infection cutanée.

La réaction allergique

En cas de piqûre d’insecte, on observe deux types de réactions. La première, très commune, consiste en une simple éruption locale telle que décrite plus haut. Il existe cependant une autre réaction possible, le choc anaphylactique, plus rare et potentiellement mortelle, qui signe la présence d’une allergie au venin d’insecte. On estime que moins de 1 % de la population est porteuse de cette affection, qui constitue une urgence médicale.

Il est primordial de savoir reconnaître ce type de réaction afin de pouvoir réagir vite et de façon adéquate. Les symptômes du choc anaphylactique sont caractéristiques : agitation, démangeaisons importantes, éruption cutanée généralisée, enflure du visage, chute de la tension artérielle et accélération du rythme cardiaque.

S’il n’est pas traité, le choc anaphylactique peut être fatal en 5 à 15 minutes. C’est pourquoi les personnes ayant déjà présenté une réaction grave à la suite d’une piqûre d’insecte devraient avoir en tout temps, à portée de main, un système d’auto-injection d’adrénaline (Epipen® ou Twinject®). Il est essentiel que la personne allergique ainsi que son entourage connaissent le mode d’administration de ce produit. Si un choc anaphylactique survient, il sera trop tard pour lire l’étiquette du produit…

Comment prévenir les piqûres?

Certaines précautions peuvent être prises afin d’éviter ou de limiter les piqûres d’insectes. Un choix de vêtements adéquats constitue une première mesure efficace. Portez de préférence des vêtements amples et épais, munis d'un capuchon, qui ferment bien au cou, aux poignets, à la taille et aux chevilles. Évitez les couleurs foncées et les vêtements luisants. Préférez-leur des vêtements aux couleurs claires. Les vêtements avec une fermeture éclair protègent mieux que ceux qui ont des boutons.

On suggère aussi d’éviter les parfums et les lotions odorantes, car les essences à base de fleurs ou de plantes attireraient les abeilles, les guêpes et les maringouins.

Les personnes allergiques doivent être particulièrement vigilantes. On leur conseille, par exemple, de ne jamais marcher pieds nus dans l’herbe et d’éviter les promenades ou les pique-niques à proximité d’une zone d’apiculture. Éviter toute situation à risque demeure toujours la meilleure mesure préventive possible.

Il existe également sur le marché différents produits ayant des propriétés répulsives pour les insectes. Lors de l’achat d’un tel agent, assurez-vous de choisir un produit homologué au Canada, et de bien lire l’étiquette du produit avant de l’appliquer.

Les experts recommandent habituellement les agents à base de DEET, pour lesquels différentes concentrations de produit existent. Des recherches à ce sujet ont permis de démontrer que les faibles concentrations de DEET sont aussi efficaces que les produits à concentration élevée, mais qu’ils offrent une durée de protection moins longue.

Ainsi, un produit à une concentration de 30 % sera actif pour une période de six heures, comparativement au produit à 10 %, qui agira pendant trois heures. Le choix de la concentration dépendra donc du temps de protection que vous désirez, et aussi de l’âge de l’utilisateur.

En effet, les produits à base de DEET ne doivent pas être utilisés sur les enfants de moins de six mois. Pour les enfants âgés de six mois à deux ans, l’usage de DEET devrait être évité, sauf si la non-utilisation du produit comporte un risque élevé de complications importantes. On peut alors opter pour un produit à 10 %, se limiter à une seule application par jour, et cela en petite quantité. Chez les enfants de deux à douze ans, on favorise le produit le moins concentré (10 % ou moins) avec un maximum de trois applications par jour.

La femme enceinte devrait prendre certaines précautions quant à l’usage de DEET. Même si rien n’indique formellement que l’utilisation de ce produit pourrait être dangereuse pour le foetus, le peu d’études disponibles à ce sujet nous incite à prioriser l’utilisation de barrières physiques comme des vêtements ou une moustiquaire pour limiter les risques.

Par ailleurs, les données sur l’efficacité et l’innocuité d’autres types de produits (citronnelle, vitamines, etc.) sont peu nombreuses et parfois contradictoires. Il faut les utiliser avec prudence.

Finalement, il est bon de savoir que le DEET peut diminuer l’efficacité des écrans solaires. Appliquez donc ceux-ci au moins trente minutes avant le chasse-moustique.

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.