Asthme : Bien vivre avec l’asthme

L';asthma est une maladie pulmonaire chronique qui touche plus de 2,7 millions de personnes au Canada. Avec un traitement approprié, il est possible de bien le maîtriser ce qui permet aux personnes qui en souffrent de vivre une vie normale.

Qu’est-ce que l’asthme? L'asthme est une maladie pulmonaire chronique qui peut causer la mort. Au Canada, on estime que 2,7 millions d'adultes et d'enfants (âgés de 4 ans ou plus) souffrent d'asthme.

L’asthme survient lorsqu’il y a une inflammation et une constriction des passages principaux de l’air dans les poumons (les bronches).

Les symptômes de l'asthme incluent la toux, un essoufflement, une sensation d'oppression dans la poitrine et une respiration sifflante. Les symptômes et les exacerbations (épisodes d'essoufflement plus graves) apparaissent généralement à la suite de l’exposition de la personne asthmatique à des facteurs déclencheurs, notamment les allergènes, les infections respiratoires virales (rhume et grippe), l'exercice ou l'exposition à des vapeurs ou des gaz irritants. Leur intensité varie grandement d’une personne à l’autre, allant d’un essoufflement léger occasionnel à des difficultés respiratoires graves pouvant mettre la vie en danger.

Objectif thérapeutique? La maîtrise optimale des symptômes L’objectif du traitement de l’asthme est d’en obtenir une maîtrise optimale. On considère qu’un asthmatique maîtrise bien sa maladie lorsqu’il ressent peu de symptômes diurnes (moins de 4 fois par semaine) et aucun symptômes nocturnes, qu’il utilise son médicament de secours moins de quatre fois par semaine (excluant les doses avant l’activité physique) et qu’il n’a pas eu à s’absenter de l’école ou du travail.

Pour y arriver, les personnes asthmatiques doivent bien comprendre leur maladie (notamment quels facteurs déclenchants causent leurs symptômes), prendre leurs médicaments tels que prescrits, éviter les facteurs déclenchants et, avec l’aide de leurs professionnels de la santé, mettre au point un plan d’action personnalisé pour la prise en charge de leur maladie.

Bien prendre ses médicaments Il y existe deux types principaux de médicaments pour maîtriser l’asthme : les agents de fond qui traitent l’inflammation (les corticostéroïdes) et doivent être utilisés de façon régulière ainsi que des agents de secours (les bronchodilatateurs) qu’on utilise pour obtenir un soulagement rapide lors d’une crise.

Les corticostéroïdes inhalés sont la base du traitement de l’asthme puisqu’ils agissent directement sur l’inflammation des bronches. Comme leur effet n’est pas immédiat et peut nécessiter plusieurs semaines de traitement avant de se manifester, certains patients les délaissent au profit de leur bronchodilatateur. Pourtant, ce sont les médicaments les plus importants du traitement. Pour obtenir une maîtrise optimale et durable de ses symptômes d’asthme, il est essentiel de prendre son corticostéroïde inhalé de façon régulière, même lorsque les symptômes se font plus rares.

Les bronchodilatateurs sont utilisés pour soulager rapidement et durant quelques heures les symptômes d’asthme. Ils facilitent le passage de l’air en dilatant les bronches, mais ils ne traitent pas l’inflammation. Ces médicaments ne devraient pas être utilisés plus de quatre fois par semaine, en dehors des doses qui doivent être prises avant l’activité physique. Si vous avez plus souvent besoin de ces médicaments, c’est peut-être signe que la maîtrise de votre asthme se détériore et qu’il faut modifier votre traitement de fond. Dans une telle situation, il est essentiel de contacter son médecin pour qu’il apporte les modifications appropriées au traitement.

Votre médecin vous a prescrit un dispositif d’espacement? Il vaut vraiment la peine de l’utiliser, car il augmente la concentration de médicament qui se dépose dans les poumons, mais diminue celle qui demeure au niveau de la bouche et de la gorge, ce qui diminue le risque de souffrir d’effets indésirables de certains médicaments inhalés.

Il est important de se rappeler que l’asthme est une maladie variable. Une certaine période d’ajustement sera nécessaire avant que votre médecin et vous n’identifiiez la bonne combinaison de médicaments pour maîtriser efficacement vos symptômes. Les besoins en médicaments peuvent aussi changer avec le temps.

Prévenir les crises

La meilleure façon de prévenir les crises d’asthme est d’identifier et d’éviter les facteurs déclenchants (allergènes et irritants). C’est toutefois plus facilement dit que fait, puisqu’il y a des centaines de substances qui peuvent déclencher des attaques comme la pollution atmosphérique, la poussière, les acariens ou la fumée de cigarette.

Pour les personnes allergiques au pollen, l’installation d’air climatisé à sa résidence et dans l’auto peut contribuer à diminuer la quantité de pollen dans l’air ambiant de la maison en permettant de garder les fenêtres closes. Pour ceux qui ne peuvent s’offrir ce luxe, mieux vaut fermer les fenêtres durant la saison du pollen.

Plusieurs asthmatiques constatent une aggravation de leurs symptômes nocturnes causée par la poussière. Pour réduire la poussière dans la chambre à coucher, on retire les tapis, on utilise des rideaux ou stores qui sont facilement lavables et on lave la literie à l’eau chaude chaque semaine. Le niveau d’humidité de la maison devrait aussi être maintenu sous les 50 % pour prévenir la prolifération excessive des acariens et des moisissures.

La séparation d’un animal domestique auquel on est allergique est la mesure la plus efficace pour une maîtrise optimale de l’asthme. Plusieurs personnes pensent être allergiques à la fourrure ou aux plumes de leur animal alors qu’en fait elles sont allergiques à leur salive, leurs sécrétions huileuses, les particules de leur peau ou leurs excréments. Par conséquent, il n’existe pas d’animaux qui ne causent pas d’allergie, car tous les animaux perdent des particules de peau…

Exercice physique

Comme les personnes non asthmatiques, les asthmatiques devraient s’engager dans une activité physique modérée d’environ 60 minutes, la plupart des jours de la semaine. Si les symptômes de l’asthme limitent la pratique d’exercice, c’est signe que l’asthme est mal maîtrisé. Il faut toutefois se rappeler que le froid et d’autres irritants comme la pollution peuvent déclencher des symptômes. Pour les asthmatiques, une période de réchauffement est particulièrement importante pour préparer le corps à un exercice plus intense. Par ailleurs, on recommande à la plupart des asthmatiques de prendre une dose de bronchodilatateur avant de commencer une activité physique soutenue pour prévenir les symptômes.

Plan d’action

Tous les asthmatiques devraient établir un plan d’action écrit avec leurs professionnels de la santé afin de pouvoir réagir adéquatement en cas d’infection respiratoire ou d’aggravation de leurs symptômes. Il est important d’intervenir dès les premiers signes de dégradation de son état respiratoire pour éviter les crises d’asthme.

En conclusion Ne laissez pas l’asthme dicter votre vie. En vous éduquant sur la maladie et sa prise en charge et en prenant vos médicaments correctement, particulièrement les corticostéroïdes, vous serez en mesure d’obtenir une maîtrise optimale de vos symptômes et d’ainsi mener une vie vraiment active. Votre qualité de vie est entre vos mains!

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.