Tous les sujets

Le tabagisme et le vapotage : comment en parler à nos ados?

Publié le 16 décembre 2020 à 5:00 / Mis à jour le 18 décembre 2020 à 19:02

Quels sont les effets de la nicotine dans le développement du cerveau des jeunes? Les produits de vapotage sont-ils moins dangereux que la cigarette? Et qu’en est-il des autres substances qui créent la dépendance? Pour mieux vous éclairer et accompagner votre ado, Familiprix, en collaboration avec Vie de Parents, vous a préparé ce résumé pratique.

La dépendance… ça n’arrive pas qu’aux autres

La nicotine crée une dépendance physique. Le cerveau s’habitue à recevoir de la nicotine et en redemande. Le fumeur qui a une dépendance à la nicotine développe des symptômes de sevrage s’il n’en consomme pas, comme des tremblements, des maux de tête et de l’irritabilité. Chez les adolescents, ces symptômes peuvent se développer très tôt, parfois après la première consommation. Le cerveau des adolescents est en plein développement et l’exposition à la nicotine peut causer des changements persistants dans certaines régions du cerveau.

La dépendance psychologique vient d’une association entre une émotion positive (plaisir, détente) et l’action de fumer. La cigarette devient l’outil principal pour gérer les émotions et le stress. Le cerveau des adolescents étant en développement, il est plus sensible à la dépendance psychologique. Il faut aussi savoir que les jeunes deviennent dépendants au tabac après avoir fumé beaucoup moins de cigarettes que les adultes et ont plus de difficulté à arrêter de fumer.1

Le vapotage, pas moins dommageable

Elle a un design attrayant, ses produits goûtent les fruits et les réseaux sociaux en font la promotion : la vapoteuse a tout pour plaire aux adolescents. Perçue à tort comme inoffensive ou comme un moyen efficace pour arrêter de fumer la cigarette traditionnelle, la cigarette électronique est toute aussi dangereuse pour les adolescents. La forte concentration de nicotine qu’elle peut contenir crée plus rapidement la dépendance chez les adolescents que chez les adultes.

«Bien que le vapotage soit populaire chez les adolescents, plusieurs parents ne sont pas suffisamment informés sur ces produits et leurs effets. Prenez garde de ne pas cautionner puisque cela pourrait avoir de grosses répercussions chez nos jeunes.

L’un des problèmes rencontrés avec le vapotage réside en partie dans l’objet en soi. Certaines vapoteuses sont si petites qu’il est possible de les cacher à même un étui à crayons. Cela incite même certains consommateurs à vapoter dans des lieux où il est interdit de fumer et/ou vapoter comme les toilettes de l’école ou même les classes de l’école. Ce type de comportement aggrave donc l’addiction à ces produits. Il est alors bon de rappeler à votre adolescent l’importance de vapoter aux endroits permis et de respecter les règles en vigueur. Vous ne pourrez pas interdire (puisque nous savons que l’interdit pousse l’humain à franchir les limites) mais vous pouvez être ferme face à vos règles et vos attentes.» Geneviève Harvey-Miville, éducatrice spécialisée.

Si vous pensez que votre enfant vapote ou qu’il est exposé à des jeunes qui vapotent, n’hésitez pas à engager la discussion, notamment dès son entrée au secondaire. Amorcez la discussion avec votre enfant sur la vapoteuse et ses impacts sur la santé. Renseignez-vous aussi pour être prêt à répondre aux questions et à déboulonner certains mythes. Vous pouvez choisir un moment précis pour aborder le sujet ou miser sur la spontanéité; lorsque vous voyez quelqu’un vapoter sur la rue, par exemple. Vous pouvez en profiter pour demander à votre adolescent ce qu’il pense de la vapoteuse, s’il connaît des gens qui fument, s’il a déjà été tenté d’essayer, etc. Vous pouvez regarder ensemble 




«Il est bon de se rappeler qu’interdire une action ou un comportement pousse davantage l’adolescent à faire ce qui est proscrit. Faites appel à son jugement critique et tentez de mettre certaines incohérences en lumière. Vous aurez ainsi davantage de chance de faire cheminer sa position.» Geneviève Harvey-Miville, éducatrice spécialisée.

Si votre adolescent fume ou vapote, vous pouvez valider avec lui son niveau de dépendance. Une personne qui se reconnaît dans au moins trois des énoncés suivants est aux prises avec un problème de dépendance à la nicotine:

  • Avoir un désir irrésistible de fumer la cigarette ou d’utiliser la cigarette électronique;
  • Perdre sa capacité à contrôler sa consommation;
  • Éprouver des symptômes de sevrage (ex. : étourdissement, fatigue, insomnie, toux, constipation, faim, goût pour des aliments sucrés, irritabilité, pression au niveau des yeux et de la tête);
  • Avoir une tolérance plus grande (c’est-à-dire un besoin de consommer davantage pour ressentir le même effet);
  • Augmenter le temps consacré à fumer;
  • Consommer des produits de tabac dans des situations où c’est interdit. (non-respect de lois et des règlements).

Si votre enfant présente des signes de dépendance, vous pouvez lui recommander de consulter les professionnels en santé de son école ou les services J'ARRÊTE.

Si vous êtes vous-même fumeur ou vapoteur, restez vous-même et racontez les raisons pour lesquelles vous avez commencé à fumer ou à vapoter et décrivez la rapidité avec laquelle la dépendance s’est installée et à quel point il est difficile d’arrêter. Mentionnez clairement à votre adolescent que vous désapprouvez le vapotage. Ne sous-estimez pas que votre opinion compte pour votre jeune. Vous avez le pouvoir de l’influencer positivement et de réduire son envie d’essayer le vapotage. Les jeunes étant sensibles à l’argent, à l’environnement et aux émotions réelles, vous pouvez faire le lien entre ces sujets et la consommation.

Mon ado fume, comment réagir en tant que parent?

Un adolescent peut commencer à fumer pour différentes raisons, que ce soit pour faire partie d’un groupe, pour faire comme les autres — dont les parents ou les frères et sœurs plus vieux — et par simple curiosité lors d’une fête, par exemple. Certains jeunes y voient aussi une façon de s’évader des conflits familiaux ou contrôler son anxiété ou ses émotions. Comme parent et modèle pour votre enfant, il est important d’intervenir avec une ouverture d’esprit. Votre rôle est important. Ne dramatisez pas la situation et évitez de faire la morale. Informez-vous plutôt et tentez d’avoir un canal d’échange plutôt qu’une discussion à sens unique. Soyez à l’affût des nouveautés aussi et rappelez-vous que vous avez, vous aussi, été ce jeune en pleine découverte et définition de soi. Surtout, soyez présent et intéressé à lui, à ce qu’il fait et à ce qui le passionne.

«Il est souvent paniquant de réaliser que notre adolescent fume ou vapote. Cependant, il est important d’éviter d’agir impulsivement face à cette situation. Prenez le temps de réfléchir à ce que vous leur direz sur le sujet. Plus les adolescents se sentent jugés et/ou incompris plus ils se fermeront et il sera alors difficile d’établir le contact.» Geneviève Harvey-Miville, éducatrice spécialisée.

Il est important de parler du tabagisme pour prévenir l’initiation du tabac chez les jeunes. Ce n’est pas parce que vous abordez le sujet que votre enfant va commencer à fumer, bien au contraire. En parler en amont lui permettra d’assouvir une certaine curiosité et d’obtenir les informations pour faire un meilleur choix. Il aura les ressources pour développer ses opinions, développer sa capacité à débattre et s’affirmer.

«Il n’est pas rare que je discute avec des adolescents qui nomment anticiper le moment où on leur offrira une «puff». Ils anticipent leur réaction et plusieurs ont peur de faire rire d’eux s’ils refusent d’essayer. Pour leur donner un coup de pouce, il est possible de déterminer à l’avance quelques répliques qu’ils pourront rapidement mettre de l’avant.  Le simple fait de se préparer un plan B leur permettra de diminuer leur stress tout en les aidant à maintenir leur position.» Geneviève Harvey-Miville, éducatrice spécialisée.

Quelques pistes à explorer:

  • Faire la promotion des saines habitudes de vie.
  • Si votre ado consomme, vérifiez son intérêt pour changer ses habitudes.
  • Tentez de comprendre quels besoins sont comblés par cette consommation et orientez votre enfant vers des alternatives pour les combler de façon plus saine.
  • Fournissez de l’information sur les effets du tabagisme.
  • Exprimez votre position en parlant au «je». Par exemple : «en tant que parent, je m’inquiète…».
  • N’hésitez pas à demander de l’aide si la situation vous dépasse.  Les différents intervenants de l’école, votre CLSC, les lignes d’écoute comme Ligne parent, Info psychosocial (811) peuvent vous aider.

«ATTENTION! À certains moments, comme parents nous mettons maladroitement l’emphase sur certains sujets. Nous voulons être subtiles et passer un message mais au final, nous sommes aussi voyants que le nez au milieu du visage. Tentez d’éviter cela sinon les adolescents pourraient fermer le canal de communication ayant l’impression qu’ils se font faire la morale!» Geneviève Harvey-Miville, éducatrice spécialisée.

Le défi de cesser de fumer

Votre ado veut arrêter de fumer, quelle bonne nouvelle! Votre appui et votre bienveillance sont essentiels à cette étape. Soutenez-le dans sa décision, soyez présent et encouragez-le à persévérer. Il est bon de connaître ses motivations à arrêter et de l’aider à trouver des alternatives à la cigarette, comme le sport, la musique, les arts, etc. Lors des périodes plus difficiles, mettez l’emphase sur ses forces personnelles qui l’aideront à arrêter de fumer et valorisez ses efforts. En cas de rechute, aidez-le à identifier les raisons en évitant de porter un jugement. En cas de besoins ou de multiples rechutes, informez-vous auprès de votre pharmacien propriétaire affilié à Familiprix. Le pharmacien est un professionnel de la santé habilité à prescrire, selon certaines conditions, des thérapies de remplacement de la nicotine. Certaines conditions et frais peuvent s’appliquer.


En collaboration avec Vie de Parents




Sources

1- https://promotionsante.chusj.org/fr/conseils-et-prevention/sante-des-ados/tabac/dependance

https://www.defacto.ca/fr/about

https://www.ccsa.ca/costs-substance-abuse-canada-2002-highlights

https://www.camh.ca/fr/info-sante/index-sur-la-sante-mentale-et-la-dependance/le-tabac#:~:text=Le%20tabac%20est%20une%20plante,de%20graves%20probl%C3%A8mes%20de%20sant%C3%A9

https://info-tabac.ca/les-realites-du-tabagisme-chez-les-ados/

https://quebecsanstabac.ca/je-minforme/actualites/enjeux-actuels/les-7-principaux-mythes-sur-le-vapotage

https://www.soinsdenosenfants.cps.ca/handouts/preteens-and-teens/vaping

VIDÉO : https://quebecsanstabac.ca/je-previens/outils/ressources-parents

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.