Peut-on reconnaître les symptômes du cancer de l’ovaire?

Le cancer de l’ovaire est souvent surnommé le « tueur silencieux »; parce qu’il n’entraîne des symptômes apparents que lorsqu’il a atteint un stade avancé. Détecté à un stade précoce (stade 1), il est pourtant guérissable dans 90 % des cas. Malheureusement, 80 % des cas ne sont détectés qu’à un stade plus avancé, ce qui assombrit nettement le pronostic.

Le cancer de l’ovaire est souvent surnommé le « tueur silencieux »; parce qu’il n’entraîne des symptômes apparents que lorsqu’il a atteint un stade avancé. Détecté à un stade précoce (stade 1), il est pourtant guérissable dans 90 % des cas. Malheureusement, 80 % des cas ne sont détectés qu’à un stade plus avancé, ce qui assombrit nettement le pronostic.

Trois organismes américains (la Gynecological Cancer Foundation, la Society of gynecologic Oncologists et l’American Cancer Society) ont récemment publiés des lignes directrices dans lesquelles ils définissent des symptômes du cancer de l’ovaire. Selon eux, les femmes, autrement en santé, qui présentent les symptômes suivants depuis quelques semaines devraient consulter un médecin :
- ballonnement;
- douleur pelvienne ou abdominale;
- sensation d’avoir rapidement l’estomac plein ou difficulté à manger;
- miction fréquente ou urgence mictionnelle.

Ces symptômes ne sont pas très spécifiques et peuvent être attribuables à plusieurs autres troubles. Toutefois, chez la femme en santé, leur survenue soudaine et leur persistance pendant quelques semaines devraient justifier une visite chez le médecin selon ces organismes.

À cause de la nature non spécifique des symptômes, plusieurs experts doutent toutefois de leur utilité. Certains s’inquiètent même que les femmes qui les rapporteront pourraient être inutilement soumises à des biopsies et à d’autres examens, causant plus de tort que de bénéfices.

Malgré tout, les auteurs des lignes directrices ont choisi d’aller de l’avant avec leur publication. Selon eux, de nouvelles études auraient confirmé que la survenue soudaine de ces symptômes chez une femme en santé serait un facteur prédictif important du cancer de l’ovaire.

On ne connaît pas la cause du cancer de l’ovaire, mais on sait qu’il est plus fréquent chez les femmes âgées de plus de 50 ans, chez celles qui ont des antécédents familiaux de ce cancer ou de cancer du sein et chez celles qui prennent une hormonothérapie substitutive. Au Canada, le risque de souffrir du cancer de l’ovaire est de 1 sur 69. On estime que 2400 nouveaux cas seront diagnostiqués en 2007 au Canada et que 1 700 femmes en mourront.

La détection précoce du cancer est cruciale pour augmenter les chances de survie, et c’est encore plus vrai avec un cancer « silencieux »; comme celui de l’ovaire. Sans tomber dans l’excès, les femmes devraient rester à l’écoute de leur corps et prendre rendez-vous avec leur médecin si elles constatent l’apparition soudaine de malaises inhabituels. Mieux vaut prévenir que guérir!

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.