Pour le meilleur et pour le pire

La mort d’un proche est toujours un évènement difficile. Les personnes âgées semblent vivre cette épreuve plus durement, certaines tombant malade peu après leur conjoint. S’agit-il d’une coïncidence ou y a-t-il réellement un lien? Des chercheurs américains ont étudié les données médicales de plus de 500 000 couples mariés et âgés de plus de 65 ans qu’ils ont recueillies pendant une période de neuf ans pour voir l’effet de la maladie d’un conjoint sur sa douce moitié.

La mort d’un proche est toujours un évènement difficile. Les personnes âgées semblent vivre cette épreuve plus durement, certaines tombant malade peu après leur conjoint. S’agit-il d’une coïncidence ou y a-t-il réellement un lien? Des chercheurs américains ont étudié les données médicales de plus de 500 000 couples mariés et âgés de plus de 65 ans qu’ils ont recueillies pendant une période de neuf ans pour voir l’effet de la maladie d’un conjoint sur sa douce moitié.

Cette analyse leur a permis de conclure que l’hospitalisation de l’un des amoureux âgés augmente le risque de décès du partenaire. Les chercheurs ont observé que ce risque est important : les hommes ont 4,5 % plus de risques de mourir après l'hospitalisation de leur épouse, et les femmes dont le mari est malade, 3 %. Ce risque demeure élevé jusqu’à deux ans après l’hospitalisation du compagnon de vie. Le risque varie toutefois selon le problème de santé de l’être aimé. L'hospitalisation pour un accident vasculaire cérébral, un infarctus, une pneumonie ou une fracture du col du fémur augmente le risque de décès du partenaire masculin de 10 à 35 %, mais celui du partenaire féminin de 10 à 23 %. La maladie psychiatrique serait le type de maladie le plus lourd à porter pour le conjoint âgé. Si son partenaire est hospitalisé en raison de démence ou de problèmes psychiatriques, le risque de mourir augmente de 47 à 58 % pour le mari et de 38 à 77 % pour l’épouse. La majorité des cancers n’ont pour leur part que peu d'effet sur le risque de décès du partenaire, les conjoints des patients réussissant à reprendre une vie normale en dehors des périodes de traitement. Chez les personnes âgées, l’hospitalisation du conjoint est donc associée à un risque élevé de décès, bien que l’effet sur le partenaire de vie varie selon le diagnostic. Cette constatation n’est pas anodine. Le rôle d’aidant naturel n’est pas toujours facile à porter, surtout lorsque les personnes avancent en âge. Il est donc essentiel que l’aidant naturel soit supporté pour éviter qu’il s’épuise et mette en péril sa propre santé. N’attendez pas d’être au bout du rouleau avant de demander de l’aide! Les CLSC offrent notamment différents services de soutien à domicile et peuvent aussi vous proposer d’autres ressources locales qui pourront vous décharger un peu et assurer un meilleur bien-être aux époux.

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.