Diabète, sucre et aspartame

Unfortunately, this article is only available in French.

Chez les diabétiques la maîtrise de la glycémie, ou du niveau de sucre dans le sang, est vitale. Les chercheurs savent depuis longtemps que la pratique d’une activité physique après un repas induit de plus fortes variations de la glycémie que lorsque l’activité physique est pratiquée à jeun. Plus le repas est riche en sucre, plus la glycémie sera élevée après le repas, et plus elle aura tendance à diminuer rapidement à la suite d’un exercice, exposant ainsi la personne à un risque accru d’hypoglycémie.

Chez les diabétiques la maîtrise de la glycémie, ou du niveau de sucre dans le sang, est vitale. Les chercheurs savent depuis longtemps que la pratique d’une activité physique après un repas induit de plus fortes variations de la glycémie que lorsque l’activité physique est pratiquée à jeun. Plus le repas est riche en sucre, plus la glycémie sera élevée après le repas, et plus elle aura tendance à diminuer rapidement à la suite d’un exercice, exposant ainsi la personne à un risque accru d’hypoglycémie.

Quel est l’effet des aliments qui contiennent de l’aspartame, un succédané de sucre, sur les variations de la glycémie? L’aspartame est un édulcorant à saveur sucrée, mais qui ne contient pas de sucre en tant que tel. Cette propriété nous permettrait de penser que les aliments qui en contiennent ne provoquent pas de variations marquées de glycémie. De plus, comme il faut environ 200 fois moins d’aspartame que de sucre pour donner un goût équivalent, ce succédané apporte très peu de calories. On recommande habituellement aux diabétiques de substituer le sucre par un édulcorant afin de les aider à maîtriser leur taux de sucre sanguin. On estime qu'environ 65 % des diabétiques respectent cette consigne.

Les résultats d’une étude menée par des chercheurs de l’Université Laval pour évaluer l’effet de l’aspartame sur la glycémie chez les diabétiques de type 2 ont été présentés en mai dernier. Les chercheurs ont examiné dix diabétiques pendant une séance d'entraînement d'une heure. Les sujets étaient à jeun ou en état post-prandial d’un repas contenant soit du sucre de table, soit de l’aspartame. Les résultats démontrent que les sujets à jeun n’ont pas subi de variation significative de glycémie, alors qu’il en va tout autrement pour ceux qui ont mangé préalablement. Les deux repas ont provoqué une hausse similaire du sucre dans le sang suivie d’une baisse rapide qui coïncidait avec le début de la séance d’entraînement. Il semblerait donc que le succédané de sucre n’apporte aucun avantage par rapport au sucre de table pour la prévention des variations de la glycémie induites par l’activité physique.

Les chercheurs avouent avoir été surpris de la conclusion de l’étude compte tenu du fait que l’indice glycémique du repas contenant de l’aspartame était plus faible que celui contenant du sucre. L’indice glycémique est une échelle qui classe les glucides selon l’augmentation de glycémie qu’ils provoquent. On devrait idéalement rechercher des aliments qui ont un indice glycémique bas, c’est-à-dire qui sont absorbés lentement, qui provoquent une augmentation modeste de glycémie et qui entraînent une diminution lente et constante de la glycémie. Bien que cette approche soit controversée parce qu’elle est difficile à appliquer quotidiennement, les diabétiques devraient limiter les aliments qui produisent une hausse rapide ou une baisse subite de la glycémie pour améliorer leur maîtrise glycémique.

L’activité physique pratiquée de façon régulière reste une façon efficace de maîtriser la glycémie. En état post-prandial, les diabétiques doivent savoir que l’aspartame ne les prémunit pas contre des variations importantes de la glycémie. Ils sont à risque d’un épisode hypoglycémique, surtout si leur glycémie est élevée au départ, si l’exercice est vigoureux et si le diabète est grave. L’important consiste à savoir anticiper les retombées de l’activité physique sur le taux de sucre dans le sang. Les chercheurs ignorent pour l'instant si les autres succédanés du sucre produisent le même effet que l'aspartame chez les diabétiques.

The drugs and pharmaceutical services featured on the familiprix.com website are offered by pharmacists who own the affiliated pharmacies at Familiprix. The information contained on the familiprix.com site is for informational purposes only and does not in any way replace the advice and advice of your pharmacist or any other health professional. Always consult a health professional before taking or discontinuing medication or making any other decision. Familiprix inc. and the proprietary pharmacists affiliated with Familiprix do not engage in any way by making this information available on this website.