Baby-blues... après l’adoption?

Enfin! Après des mois, voire des années d’attente et de démarches, l’enfant tant attendu est enfin arrivé. Pourtant, malgré la joie d’accueillir ce nouveau membre de la famille, il arrive parfois que la mère devient en quelques jours anxieuse et irritable. Est-ce que les parents d’adoption peuvent aussi vivre un baby-blues? Il semble bien que oui!

Enfin! Après des mois, voire des années d’attente et de démarches, l’enfant tant attendu est enfin arrivé. Pourtant, malgré la joie d’accueillir ce nouveau membre de la famille, il arrive parfois que la mère devient en quelques jours anxieuse et irritable. Est-ce que les parents d’adoption peuvent aussi vivre un baby-blues? Il semble bien que oui!<br /> <br /> Enfant naturel ou pas, devenir parents est un grand bouleversement. Au Canada, on estime que plus de la moitié des mères naturelles subiront un épisode de «baby blues»;, se traduisant par des pleurs, de l’irritabilité, un manque de sommeil, des sautes d’humeur et un sentiment de vulnérabilité. Cet épisode de mélancolie peut être très court ou durer plusieurs semaines. Moins de 3 % des mères biologiques connaîtront une dépression post-partum grave. <br /> <br /> Tout comme les mères naturelles, les mamans d’adoption peuvent elles aussi se sentir isolées après l’arrivée de leur enfant. Ainsi, même si la dépression post-partum est surtout d’origine hormonale, une composante environnementale peut aussi jouer un rôle important, ce qui explique pourquoi certains parents adoptifs souffriraient eux aussi de baby-blues.<br /> <br /> La bonne nouvelle, c’est qu’on peut préparer l’arrivée de son enfant afin de mettre toutes les chances de son côté pour éviter une période de mélancolie durant la phase d’ajustement. Voici quelques trucs :<br />
- Établir un réseau de soutien social tôt. Groupes de nouveaux parents, amis, famille… il faut s’entourer!<br />
- Établir une routine qui inclut de l’exercice et du temps pour soi.<br />
- Joindre un cours ou fréquenter les bibliothèques et les parcs pour rencontrer d’autres jeunes parents.<br />
- Se concentrer sur les buts à court terme. Faire une activité agréable à chaque jour comme une promenade, prendre un bain ou parler avec une amie.<br />
- Ne pas hésiter à demander de l’aide, lorsqu’on en ressent le besoin.<br /> <br /> L’arrivée d’un enfant, cela se prépare de longue haleine. Si vous croyez qu’une amie ou une femme de votre famille souffre d’une dépression post-partum, appuyez-la et rassurez-la. Elle n’est pas seule. Soulager l’isolement qu’elle ressent est une étape importante au rétablissement. N’hésitez pas à consulter votre pharmacien qui pourrait vous aider à identifier les ressources de votre région.

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.