Une hormone pourrait combattre l’obésité

Des scientifiques britanniques ont démontré qu’en augmentant les taux d’une hormone produite naturellement par le tube digestif, il est possible de diminuer l’appétit et de couper ainsi le nombre de calories consommées. Selon eux, cette découverte pourrait mener à la fabrication d’une nouvelle classe de médicaments pour lutter contre l’obésité.

Des scientifiques britanniques ont étudié une substance qui joue un rôle sur le contrôle de l’appétit et selon eux, cette substance pourrait éventuellement être utilisée pour fabriquer un nouveau médicament pour traiter l’obésité.

La substance en question est en fait une hormone nommée PYY qui est produite par le tube digestif après un repas. Elle affecte l’appétit puisque son rôle est d’indiquer au cerveau que suffisamment de nourriture a été consommée.

Les scientifiques ont découvert que les quantités de cette hormone chez les gens obèses sont d’environ 30% inférieures à celles retrouvées chez les gens minces, ce qui leur fait croire que l’obésité pourrait être en partie causée par une déficience en PYY. Ils ont également découvert que lorsqu’on augmente les taux de PYY, on réduit l’appétit et le nombre de calories consommées, autant chez les personnes obèses que chez les personnes minces. Les scientifiques croient qu’ils pourraient utiliser cette propriété de l’hormone afin de créer un nouveau médicament pour traiter l’obésité.

L’expérience des scientifiques a porté sur 12 personnes obèses et 12 personnes minces. Après avoir jeûné la veille, les participants ont reçu soit une solution contenant l’hormone, soit une solution inactive. On leur a ensuite offert un repas sous forme de buffet au cours duquel ils pouvaient manger autant qu’ils le désiraient. L’expérience a par la suite été répétée afin que les participants reçoivent l’autre solution.

Les 24 participants ont moins mangé lorsqu’ils ont reçu la solution contenant l’hormone que lorsqu’ils ont reçu la solution inactive. En général, la solution contenant l’hormone a permis de réduire l’apport calorique de 30%.

Plusieurs scientifiques ne semblent cependant pas très enthousiasmés par cette découverte. Certains mentionnent que ce n’est pas la première fois que des expériences préliminaires sur des hormones sont prometteuses en matière d’obésité, alors que les résultats sont souvent décevants lors des recherches plus poussées.

Une chercheuse qui a travaillé sur cette étude admet également que même si cette hormone parvenait à réussir les essais cliniques, ce ne serait pas un traitement miraculeux. Selon elle, «les gens ne pourraient pas continuer à manger des aliments gras et à boire de la bière tout en espérant que l’hormone les aide à perdre du poids. L’hormone serait seulement utile en complément à des changements dans les habitudes de vie.»;

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.