Médicaments - L’alcool et vos médicaments : un mélange hasardeux…

Peut-être vous est-il déjà arrivé de lire sur votre bouteille de médicament la mention «éviter l’alcool»;. Vous vous êtes probablement demandé pourquoi. Il vous est peut-être même arrivé d’enfreindre la consigne et de consommer de l’alcool quand même. Chez certains d’entre vous, les effets de ce mélange se sont manifestés fortement tandis que chez d’autres, ils sont demeurés plutôt inaperçus. En effet, l’alcool n’a pas le même effet sur tous les médicaments. Pour certains, l’alcool augmente les effets indésirables tandis que pour d’autres, il accentuera l’effet du médicament. Enfin, l’alcool peut aussi augmenter la toxicité, à court ou à long terme, de certains médicaments. Le texte qui suit explique les différentes caractéristiques de l’alcool qui rendent son association avec les médicaments téméraire, voire dangereuse.

Peut-être vous est-il déjà arrivé de lire sur votre bouteille de médicament la mention «éviter l’alcool»;. Vous vous êtes probablement demandé pourquoi. Il vous est peut-être même arrivé d’enfreindre la consigne et de consommer de l’alcool quand même. Chez certains d’entre vous, les effets de ce mélange se sont manifestés fortement tandis que chez d’autres, ils sont demeurés plutôt inaperçus. En effet, l’alcool n’a pas le même effet sur tous les médicaments. Pour certains, l’alcool augmente les effets indésirables tandis que pour d’autres, il accentuera l’effet du médicament. Enfin, l’alcool peut aussi augmenter la toxicité, à court ou à long terme, de certains médicaments. Le texte qui suit explique les différentes caractéristiques de l’alcool qui rendent son association avec les médicaments téméraire, voire dangereuse.

L’ALCOOL EST UN DÉPRESSEUR DU CERVEAU

L’effet que l’on recherche le plus souvent lors de la consommation d’alcool, outre le plaisir gustatif, est la détente et le relâchement qu’il provoque. En fait, l’alcool agit de cette façon parce qu’il traverse très facilement la barrière qui sépare les vaisseaux sanguins et le cerveau. Occupant désormais la meilleure place pour entraver notre état de conscience, les molécules d’alcool agissent en ralentissant les capacités intellectuelles et en diminuant les réflexes et la coordination. C’est ce qu’on appelle l’effet dépresseur. L’alcool peut aussi causer ou aggraver des symptômes de dépression et induire de la somnolence et même de la sédation, lorsqu’on le consomme en excès.

Certains médicaments ont des effets indésirables qui sont semblables à ceux de l’alcool. Citons par exemple les médicaments contre l’insomnie ou l’anxiété de la classe des benzodiazépines. Ces médicaments sont aussi des dépresseurs du cerveau puisque c’est par cet effet qu’ils agissent. Cependant, si on consomme à la fois des benzodiazépines et de l’alcool, les effets dépresseurs ne se retrouvent pas seulement additionnés, mais plutôt multipliés et imprévisibles. En effet, chaque personne réagit différemment aux effets d’un tel mélange : une personne sous cette médication peut ressentir des effets très prononcés après une seule consommation d’alcool, tandis qu’une autre observera des effets moins importants.

L’augmentation des effets dépresseurs des médicaments avec l’alcool ne se limite pas aux benzodiazépines. Elle est aussi très prononcée avec les anti-histaminiques (tels que le Benadryl® et le Gravol®) et les antidépresseurs. En somme, tous les médicaments pouvant causer de la somnolence, un ralentissement des facultés intellectuelles ou de la sédation comme effets indésirables peuvent interagir avec l’alcool. Fait à noter, les médicaments de vente libre ainsi que les produits naturels n’y font pas exception…

L’ALCOOL EST UN AGRESSEUR POUR LE FOIE

C’est le foie, véritable usine de filtration, qui est responsable d’éliminer l’alcool ainsi que la plupart des médicaments présents dans le sang. Généralement, le foie ne peut éliminer plusieurs substances au même moment. Il doit alors prioriser son travail; ainsi, un médicament peut rester plus longtemps actif dans le sang parce que l’alcool ralentit le travail du foie. Il en résulte une augmentation de l’effet du médicament, ce qui n’est pas toujours souhaitable. Par exemple, l’élimination du Coumadin®, un médicament utilisé pour diminuer la formation de caillot dans le sang, est retardée lorsqu’on consomme de l’alcool. On observe alors une augmentation de l’effet anticoagulant, ce qui a comme conséquence d’accroître les risques de saignements associés à la prise de ce médicament.

L’alcool peut aussi provoquer des lésions aux cellules qui composent le foie. Lorsqu’on consomme de l’alcool en trop grande quantité et de façon chronique, il devient toxique pour le foie et peut y causer des lésions irréversibles, comme la cirrhose. Certains médicaments peuvent aussi être toxiques pour le foie. Par exemple, l’acétaminophène (Tylenol®) est un médicament qui, bien que sans danger lorsqu’il est adéquatement utilisé, peut devenir toxique pour le foie lorsqu’on en consomme des quantités excessives. Lorsque l’alcool et l’acétaminophène sont combinés, le foie est doublement agressé. Des lésions pourraient alors y apparaître sans même que des quantités excessives d’alcool ou de médicaments n’aient été consommées.

Plusieurs autres médicaments peuvent être toxiques pour le foie. Consultez votre pharmacien pour savoir s’il existe un risque à consommer de l’alcool tout en prenant vos médicaments.

L’ALCOOL PEUT AGGRAVER PLUSIEURS MALADIES

L’alcool est incompatible avec plusieurs maladies ou conditions de santé. D’une part, la consommation d’une grande quantité d’alcool a comme effet d’augmenter le volume de liquide circulant dans le corps. Ainsi, l’alcool peut aggraver la condition des personnes souffrant d’hypertension artérielle ou d’insuffisance cardiaque, chez qui la consommation quotidienne de liquide doit souvent être rigoureusement contrôlée.

D’autre part, l’alcool a des effets négatifs sur les mécanismes de transformation des sucres et des lipides dans l’organisme. Lorsqu’on en consomme régulièrement et en forte quantité, les niveaux de cholestérol sanguin ont tendance à se déséquilibrer; les taux de LDL (« mauvais cholestérol »;) augmentent tandis que les HDL (« bon cholestérol »;) diminuent. Cette condition accroît le risque de maladie cardiovasculaire, telles les crises cardiaques ou les accidents vasculaires cérébraux. Chez les personnes souffrant de diabète, la consommation excessive d’alcool favorise l’utilisation des lipides plutôt que des sucres comme source d’énergie. Ce processus engendre la formation de produits toxiques pour le cerveau, ce qui peut entraîner de sérieuses conséquences, comme le coma diabétique.

Enfin, par son effet dépresseur sur le cerveau, l’alcool peut aggraver ou même provoquer plusieurs problèmes de santé. Citons, à titre d’exemple, l’incontinence urinaire, l’apnée du sommeil et la dysfonction érectile. Par ailleurs, prenez garde aux effets pervers de l’alcool, qui peut vous donner l’impression qu’il contribue à soulager votre problème de santé alors qu’il ne fait que l’aggraver, comme c’est le cas de la dépression ou de l’insomnie.

Si vous prenez des médicaments ou souffrez d’un quelconque trouble de santé, vous devriez toujours discuter avec votre pharmacien ou votre médecin afin de déterminer si vous pouvez consommer de l’alcool. Bien qu’il n’existe que très peu de médicaments qui exigent l’abstinence absolue (c’est le cas notamment du métronidazole (Flagyl®), un antibactérien), il est toujours préférable de réduire sa consommation d’alcool au minimum. Rappelez-vous que la consommation concomitante de médicament et d’alcool peut parfois avoir des conséquences graves,voire irréversibles.

Pour la plupart des gens, boire de l’alcool avec modération ne cause pas problème (c.-à-d. 1 à 2 consommations par jour, sans excéder 14 par semaines pour les hommes et 9 par semaine pour les femmes). Si vous vous questionnez sur l’effet de l’alcool sur vos médicaments, n’hésitez pas à consulter votre pharmacien!

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.