Une goutte d’alcool de trop pour les enfants à naître

La consommation d’alcool durant la grossesse est risquée. L’enfant à naître peut être atteint de malformations physiques et éprouver des troubles d’apprentissage et de comportement. Les séquelles le suivent toute sa vie, mais un dépistage précoce permet de limiter les problèmes. Or, des médecins croient que la maladie n’est pas diagnostiquée adéquatement chez certains enfants.

La consommation d’alcool durant la grossesse est risquée. L’enfant à naître peut être atteint de malformations physiques et éprouver des troubles d’apprentissage et de comportement. Les séquelles le suivent toute sa vie, mais un dépistage précoce permet de limiter les problèmes. Or, des médecins croient que la maladie n’est pas diagnostiquée adéquatement chez certains enfants.

Les bébés exposés à l’alcool durant la grossesse peuvent être plus petits à la naissance et présenter de légères différences au niveau du visage (yeux petits et étroits, lèvre supérieure mince ou aplatie). Certains bébés exposés à de grandes quantités d’alcool vivent des symptômes de sevrage avant leur sortie de l’hôpital. Ces bébés sont souvent dépistés dès les premiers jours de vie. Par contre, tous les enfants atteints du syndrome d’alcoolisation foetale ne présentent pas ces caractéristiques physiques.

Selon certains pédiatres, les difficultés à diagnostiquer le syndrome seraient liées aux séquelles comportementales. Les tout-petits atteints du syndrome sont souvent hyperactifs et incapables de respecter des consignes simples. Ils présentent souvent un retard dans leur développement et sont très amicaux, même envers des étrangers. Les enfants d’âge scolaire peuvent éprouver des troubles d’apprentissage, de l’attention, de comportement en classe et un retard scolaire. Ces signes seraient malheureusement trop souvent confondus avec le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH), qui ne se traite pas de la même façon.

La prévention demeure le meilleur moyen de diminuer la fréquence de ce syndrome invalidant pour les enfants. Lorsqu’une femme consomme de l’alcool pendant qu’elle est enceinte, l’alcool est transmis directement au bébé par la circulation sanguine du placenta. La consommation d’alcool pendant la grossesse peut provoquer l’ensemble des troubles causés par l’alcoolisation foetale. Plus la femme enceinte consomme d’alcool, plus les dommages peuvent être importants pour le bébé. Comme on ne sait pas s’il existe un niveau sécuritaire de consommation d’alcool pendant la grossesse, il est préférable de s’en abstenir pendant toute la gestation, même occasionnellement. On sait, par exemple, que la consommation d’au moins cinq boissons alcooliques en une seule fois est très dangereuse pour l’enfant à naître.

Si vous songez à tomber enceinte, il est préférable d’arrêter de boire maintenant. Vous êtes déjà enceinte? Il n’est pas trop tard pour arrêter. Si vous éprouvez des problèmes, n’hésitez pas à en parler avec votre médecin. Chaque verre en moins est un cadeau que vous faites à votre enfant. Les futurs papas et l’entourage peuvent aider la femme à ne pas succomber à la tentation en ne buvant pas durant la grossesse non plus.

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.