Une puberté de plus en plus précoce

L’enfance serait de plus en plus courte pour les petites filles. Une nouvelle étude révèle en effet que la proportion de petites filles américaines blanches développant des signes de puberté à un âge précoce a presque doublé depuis la fin des années 1990. Ce phénomène n’a pas été observé chez les petites filles à la peau noire, même si celles-ci sont pubères plus tôt en moyenne.

L’enfance serait de plus en plus courte pour les petites filles. Une nouvelle étude révèle en effet que la proportion de petites filles américaines blanches développant des signes de puberté à un âge précoce a presque doublé depuis la fin des années 1990. Ce phénomène n’a pas été observé chez les petites filles à la peau noire, même si celles-ci sont pubères plus tôt en moyenne.

Pour en arriver à cette conclusion, des chercheurs ont suivi 1200 Américaines entre 2004 et 2006. Ils ont observé que 10,4 % des filles blanches de sept ans avaient amorcé leur puberté, telle que déterminée par la présence de bourgeons mammaires. C’est le double de ce qui avait été observé en 1997. Une différence similaire a aussi été observée chez les petites filles de huit ans (18,3 % versus 10,5 % en 1997).

Chez les petites filles noires, une telle évolution n’a pas été notée, ce qui suggère que l’âge du déclenchement de la puberté s’est stabilisé pour ce groupe racial. Les filles de sept ans d’origine hispanique et les Noires présentent néanmoins un taux de puberté précoce plus élevé que les petites filles blanches, soit 14,9 %, 23,4 % et 10,4 %, respectivement. Ces chiffres étaient respectivement de 30,9 % pour les hispaniques, 42,9 % pour les noires et 18,3 % pour filles blanches âgées de huit ans.

La combinaison de plusieurs facteurs pourrait expliquer cette évolution, bien que l’épidémie d’obésité et l’exposition à des substances chimiques présentes dans l’environnement soient les deux principaux suspects. Selon une théorie, l’excès de gras corporel affecte la concentration d’hormones qui déclenchent la puberté. Ainsi, de nombreuses études ont montré que les filles ayant un indice de masse corporelle plus élevé tendent à mûrir plus rapidement. Par ailleurs, des substances chimiques présentent dans l’environnement, notamment le fameux bisphénol A retrouvé dans plusieurs produits faits de plastique rigide, pourraient elles aussi influencer les concentrations des hormones impliquées dans la puberté.

La puberté précoce pourrait avoir plusieurs conséquences, notamment elle représenterait un facteur de risque de souffrir du cancer du sein. Certaines études suggèrent qu’une puberté précoce pourrait aussi être associée avec une image corporelle moins favorable, un risque plus élevé de troubles alimentaires, de dépression et de tentatives de suicide ainsi qu’une activité sexuelle plus précoce.

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.