L’obésité ne fait pas bon ménage avec la santé

Les statistiques le disent : de plus en plus de Canadiens ont un surplus de poids et cette tendance touche toutes les tranches d’âge, même les enfants. Comment définit-on l’obésité et que peut-on faire pour la prévenir?

Définitions, IMC et obésité abdominale 

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le surpoids et l’obésité sont «une accumulation anormale ou excessive de graisse qui présente un risque pour la santé». 

Chez les adultes, on utilise généralement l’indice de masse corporelle (IMC) pour estimer le risque pour la santé lié au poids. L’IMC est calculé à partir du poids et de la taille. Selon son IMC, la personne est classée dans l’une de quatre catégories de poids. Chaque catégorie (et sous-classe)  est liée à un risque pour la santé, qui augmente avec l’IMC.

 IMCRisque pour la santé
poids insuffisant< 18,5accru
poids «santé»18,5 – 24,9moindre
surpoids25 – 29,9accru
Obésité
classe I30 – 34,9élevé 
classe II35 – 39,9très élevé
classe III≥ 40extrêmement élevé

Malgré toute son utilité, l’IMC demeure un outil imparfait, notamment parce qu’il ne tient pas compte de nombreux autres facteurs importants comme la race, le sexe, l’ossature, la musculature et l’âge.

L’endroit où s’accumule le gras dans le corps est aussi important. On sait en effet que l’obésité abdominale – c’est-à-dire l’accumulation de gras dans le ventre autour des organes – augmente le risque de plusieurs maladies.   

On utilise le tour de taille pour évaluer l’obésité abdominale. Ainsi, on considère généralement qu’un tour de taille supérieur à 94 cm (37 pouces) est signe d’obésité abdominale pour les hommes. Chez les femmes, on parle plutôt de 80 cm (32 pouces). Chez les personnes de descendance asiatique et sud-américaine, ces valeurs sont légèrement différentes (> 85  ou 90 cm pour les hommes et > 80 ou 90 cm pour les femmes, selon leurs origines).

Risques pour la santé liés au surpoids

Avoir un surplus de poids, surtout lorsqu’il y a obésité abdominale, augmente les risques de souffrir de nombreux problèmes de santé. Hypertension, diabète de type 2 et élévation du mauvais cholestérol sont fréquents chez les personnes obèses, tout comme certains problèmes respiratoires comme l’apnée du sommeil. 

Par ailleurs, le surplus de poids affecte aussi le système musculaire et squelettique et peut causer ou aggraver des maux de dos et des problèmes articulaires (surtout aux hanches ou aux genoux qui doivent soutenir le poids du corps).

Enfin, de nombreuses études ont montré un lien entre l’obésité et certains cancers, notamment les cancers de l’œsophage, du pancréas, des reins, de l’utérus, du col de l’utérus et de la prostate.

Rien ne se perd…

Aujourd’hui, l’homme ne se nourrit plus simplement pour survivre et la nourriture est devenue intimement liée au réconfort et aux célébrations.  Dans les sociétés industrialisées comme le Canada, il est facile de manger sans raison, même lorsqu’on n’a pas vraiment faim puisque la nourriture est abondante. On mange (ou on boit) pour se féliciter d’un bon coup ou se consoler d’une déception.

Le corps a besoin de l’énergie fournie par la nourriture pour fonctionner normalement. La quantité d’énergie nécessaire est directement liée au niveau d’activité physique : une personne qui est très active aura besoin de plus d’énergie que celle qui l’est peu. Or, lorsqu’on bouge peu, il est facile d’ingérer plus de calories que ce dont le corps a vraiment besoin. Résultat? Le corps emmagasine les surplus sous forme de graisse.

Quelques trucs pour maintenir l’équilibre

Pour maintenir un poids «santé», il faut trouver un équilibre entre le niveau d’activité physique et l’alimentation. Voici quelques trucs pour ceux qui ont tendance à manger un peu trop ou ne sont pas très actifs.

En lien avec la nourriture :

  • Manger un peu moins à la fois, mais plus souvent au cours de la journée (aux 2 à 3 heures).  Ceci réduit le risque de trop manger lors d’un repas parce qu’on est affamé.
  • Utiliser de plus petites assiettes. C’est une façon simple de réduire le risque de se servir des portions plus grosses que ce dont on a besoin. Les portions recommandées sont souvent bien plus petites que ce que l’on croit (et mange! ).
  • Éviter de manger devant la télévision. Les personnes qui mangent devant la télévision ne portent pas attention à la nourriture qu’elles ingèrent car elles sont concentrées sur la télé. Résultat, la plupart d’entre elles mangent beaucoup plus que nécessaire.
  • Attention aux calories liquides! Les jus (même sans sucre ajouté) et les boissons alcoolisées sont très riches en calories.
  • Loin des yeux, loin du tour de taille. Sans les diaboliser, ni les interdire complètement,  les friandises et autres aliments peu nutritifs ne devraient pas faire partie de l’alimentation quotidienne.  

En lien avec l’activité physique :

  • Bouger un peu, souvent, plutôt que beaucoup moins souvent.  Plutôt que d’essayer d’aller au gym pendant une heure trois fois par semaine, il peut être plus productif de trouver des façons de bouger à la maison. Même faire le ménage peut compter, si vous en profiter pour faire quelques pas de danse en passant l’aspirateur!
  • Faire équipe pour bouger. Il peut être difficile de se motiver à bouger quand on est seul. Avoir un complice d’activité peut aider (conjoint, ami, collègue, enfant).
  • Augmenter le rythme graduellement. Quand on veut trop en faire trop vite, on risque de se décourager.  La maxime «Lentement, mais sûrement» est tout indiquée quand on veut augmenter son niveau d’activité physique.

En conclusion

La meilleure façon de maintenir un poids «santé» est d’adopter un style de vie dans lequel il y a un équilibre entre l’alimentation et le niveau d’activité physique.  Et pour maintenir ce style de vie, il faut qu’il soit agréable!

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.