L’obsession du corps parfait commence dès l’adolescence

Si l’on pense souvent que l’obsession d’un corps parfait est chose typiquement féminine, les faits prouvent qu’en réalité les hommes sont loin d’être épargnés par le phénomène. Plus encore, on découvre que la tendance à l’insatisfaction à l’égard de son image personnelle débute dès la pré-adolescence chez nos jeunes et, cela, indépendamment du sexe.

Si l’on pense souvent que l’obsession d’un corps parfait est chose typiquement féminine, les faits prouvent qu’en réalité les hommes sont loin d’être épargnés par le phénomène. Plus encore, on découvre que la tendance à l’insatisfaction à l’égard de son image personnelle débute dès la pré-adolescence chez nos jeunes et, cela, indépendamment du sexe.

Une étude menée récemment et publiée dans la revue scientifique Pediatrics avait comme objectif d’analyser le niveau de préoccupation des jeunes envers leur image corporelle et en relation avec leur degré d’activité physique et leurs habitudes de consommation. C’est ainsi que plus de 10 000 jeunes âgés de 9 à 14 ans ont été suivis pendant trois ans. Ils étaient régulièrement interrogés sur leur taux de satisfaction à l’égard de leur image corporelle, sur leurs activités physiques, sur les revues et émissions de télévision qu’ils préféraient ainsi que sur leur consommation de produits destinés à augmenter leur masse musculaire.

Les résultats démontrent que les préoccupations quant à l’image corporelle autant chez les filles que les garçons concernent non pas le tour de taille, mais bien le volume de la masse musculaire. Si l’on en croit les résultats de l’étude, le désir d’un corps musclé est une préoccupation actuelle chez près du tiers des jeunes. Parallèlement à ces soucis, on remarque une recrudescence de l’usage de produits destinés à augmenter la masse musculaire, que ce soit la créatinine, les hormones de croissances ou les suppléments de protéines. L’augmentation de l’usage de ces produits vendus sans restrictions n’est pas sans soulever des inquiétudes, considérant les effets indésirables que ces produits peuvent causer chez des jeunes n’ayant pas terminé leur croissance.

Les chercheurs ont également observé, principalement chez les jeunes filles, une distorsion de la réalité quant à la perception de l’image corporelle. Ainsi, si 23 % des garçons à l’étude étaient obèses, 36 % se considéraient comme tel. Du côté féminin, 15 % des filles présentaient un surpoids mais 46 % se percevaient trop grosses. On remarque donc une tendance marquée à amplifier la réalité quant au poids, ce qui dénote une insatisfaction grandissante à l’égard de la perception de soi chez les jeunes.

L’image corporelle constitue donc un souci important chez les jeunes d’aujourd’hui. Par conséquent, il faut encourager les adolescents à être actif physiquement afin d’être bien dans leur peau. À cette fin, viser un niveau d’activité minimal de 30 minutes par jour et conserver une alimentation saine constituent des mesures primordiales. On devrait également fortement décourager les jeunes à avoir recours à des produits chimiques pour améliorer leur image corporelle, ceux-ci étant le plus souvent mal connus et mal utilisés.

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.