Semaine mondiale de l’allaitement du 1er au 7 octobre

La semaine mondiale de l’allaitement est l’occasion de rappeler tous les bienfaits de l’allaitement pour le nourrisson et la mère.

Même si l’allaitement est un moment d’intimité exceptionnel entre une mère et son enfant, plusieurs difficultés se dressent devant celles qui désirent adopter ce mode d’alimentation pour une longue période. Au Québec, plus de 70 % des nouveau-nés seraient allaités à la naissance mais seulement 40 % le seront encore après quatre mois. Le taux et la durée de l’allaitement varient considérablement selon l’âge de la mère, le revenu du ménage et le niveau d’éducation maternel. Près de 90 % des nouvelles mères détenant un diplôme universitaire nourrissent leur enfant au sein, contre moins de 60 % des femmes n’ayant pas terminé leurs études secondaires.

L’allaitement est victime de nombreux préjugés. On craint les crevasses ou les abcès au sein, la lactation excessive ou au contraire, insuffisante, la pudeur en public, la peur de voir sa poitrine s’affaisser. On blâme la difficile conciliation entre le travail et le soin du nourrisson. Pourtant, ce mode d’alimentation offre de multiples avantages : une meilleure qualité nutritionnelle, une amélioration de l’immunité, une protection contre les allergies et la création d’un lien affectif entre la mère et le nourrisson. L’allaitement exclusif durant les six premiers mois du bébé est considéré comme l’alimentation idéale par les spécialistes. Le lait maternel contient tous les nutriments essentiels, soient les protéines, les sucres, les graisses, les vitamines et les minéraux, et ce, dans les proportions idéales. Adaptée à la croissance des petits, la composition du lait évolue naturellement avec le temps. De par sa richesse en acide linoléique, le lait maternel contribue grandement à la maturation du cerveau. Par ailleurs, la transferrine facilite l’absorption du fer. Les bébés nourris au sein profiteraient également d’une meilleure acuité visuelle ainsi que d’un développement intellectuel optimal. Ils auraient également moins de diabète, moins de caries et, selon certaines études, moins de cancers. Les nourrissons allaités bénéficieraient aussi d’une meilleure immunité parce que des anticorps maternels passeraient chez le bébé, procurant aux petits une certaine protection passive. On observerait chez eux moins d’otites, d’infections urinaires et d’infections respiratoires ou digestives. L’allaitement préviendrait aussi les allergies puisque les immunoglobulines sécrétoires contenues dans le lait maternel tapisseraient la muqueuse digestive du bébé, prévenant ainsi les substances allergènes d’entrer en contact avec son système immunitaire. Les bienfaits de l’allaitement ne sont pas que biologiques : s’il se déroule dans une atmosphère détendue, ce moment privilégié construit un lien affectif exceptionnel entre une mère et son enfant.

Afin d’offrir aux plus jeunes le meilleur départ possible dans la vie, trouvons ensemble des stratégies pour encourager les nouvelles mères à allaiter jusqu’à six mois et après la reprise de leurs activité professionnelles.

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.