Les femmes enceintes gagneraient à bouger davantage

Idéalement, une femme enceinte ne présentant pas de contre-indication médicale ou de complication obstétricale devrait effectuer au moins trente minutes d’activité physique modérée la plupart des jours de la semaine, comme le reste de la population. Or, une récente étude américaine a montré que rares sont celles qui bougent suffisamment.

Idéalement, une femme enceinte ne présentant pas de contre-indication médicale ou de complication obstétricale devrait effectuer au moins trente minutes d’activité physique modérée la plupart des jours de la semaine, comme le reste de la population. Or, une récente étude américaine a montré que rares sont celles qui bougent suffisamment.

Pour en apprendre davantage, des chercheurs ont examiné des données collectées de 1994 à 2000 auprès de plus de 150 000 femmes, desquelles environ 6500 étaient enceintes. Selon leur sondage, seulement une femme sur quatre dans la population générale complète le trente minutes d’activité physique recommandé, contre seulement une femme sur six qui attend un enfant.

Plusieurs études ont montré que les femmes enceintes physiquement actives ont moins tendance à prendre un surpoids excessif ou à souffrir de complications, comme le diabète gestationnel ou l’hypertension induite par la grossesse. L’exercice améliore aussi l’humeur des femmes enceintes, augmente le niveau d’énergie, réduit les ballonnements, l’oedème aux pieds et la constipation. En activant la circulation sanguine, l’activité physique modérée assure par ailleurs un apport sanguin optimal au foetus. L’exercice n’augmente pas les risques de fausse couche, de prématurité ou de retard de croissance.

Les sports proscrits chez les femmes enceintes ne sont pas clairement établis. Il revient donc à chacune de juger si l’activité comporte trop d’impacts, de risques de chute ou est trop vigoureuse pour son état. Dans le doute, mieux vaut s’abstenir et consulter son médecin. Voici malgré tout quelques indications générales. Au premier trimestre, vous pouvez presque tout vous permettre. Par la suite, il faut faire plus attention. Le tennis, le vélo, le ski alpin et le jogging pourraient être pratiqués jusqu’au cinquième mois, après quoi les secousses fortes et le risque de chute accru devraient vous faire délaisser ces activités. Tout au cours de la grossesse, les sports pouvant induire des chutes ou des coups, tels les arts martiaux, l’équitation et le football, sont à proscrire. La plongée sous-marine devrait aussi être évitée, puisque les conséquences des profondeurs sur le foetus sont à redouter.

La marche, la natation, le ski de fond, le vélo stationnaire ou l’aquaforme sont les activités de choix durant la grossesse. La marche peut être pratiquée partout et par toutes les femmes, tandis que la natation relaxe et fait travailler le corps sans créer de douleurs articulaires grâce à l’apesanteur. Le yoga est aussi fortement recommandé durant cette période, car cet exercice contribue à relaxer le dos et à renforcer les muscles de l’abdomen.

Il est conseillé de bien se réchauffer avant chaque séance d’exercices plus vigoureux et de terminer l’activité par une période de retour au calme. Votre corps sécrète une foule d’hormones au cours de la grossesse dont la relaxine, une substance qui relâche les ligaments afin de faciliter le processus d’accouchement. Malheureusement, les autres ligaments du corps sont également affectés, ce qui augmente le risque d’entorse ou de chute lors de la pratique sportive.

La grossesse n’est pas une maladie! Vous devriez évidemment bénéficier d’attentions particulières au cours de ces neuf mois pour assurer le bon développement de votre foetus et votre santé, mais ne vous privez pas de bouger! Pour toute interrogation, votre pharmacien et votre médecin pouront vous aider ou vous orienter vers le professionnel approprié.

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.