Les femmes ne sont pas à l’abri des maladies cardiovasculaires

Contrairement à la croyance populaire, les femmes sont aussi à risque que les hommes de développer des maladies cardiovasculaires, notamment à cause de leurs habitudes de vie.

On associe souvent maladies cardiovasculaires et sexe masculin. S’il est vrai que jusqu’à la ménopause, les femmes bénéficient de l’effet cardioprotecteur des oestrogènes, dès que la production de cette hormone diminue, leur risque rejoint celui des hommes.

La progression actuelle des maladies cardiovasculaires chez les femmes dans les pays industrialisés pourrait être liée à la présence plus importante de certains facteurs de risque comme la cigarette et la contraception, d'une prise en charge différente de la maladie, de réponses différentes aux traitements selon le sexe, ou encore d'une association de ces trois facteurs.

En fumant tout en prenant la pilule, les femmes multiplient leur risque d’infarctus ou d’accident vasculaire cérébral par cinq par rapport à leurs consoeurs non-fumeuses. Tout comme pour les hommes, la sédentarité, l’obésité, l’hypertension artérielle, le diabète et l’hypercholestérolémie contribuent à augmenter le risque cardiovasculaire.

La ménopause entraîne des bouleversements hormonaux qui provoquent une augmentation du taux de cholestérol sanguin, notamment du taux de mauvais cholestérol. Lorsque cette substance graisseuse se trouve en excès dans le sang, elle se dépose dans la paroi des artères, dont celles du coeur. S’épaississant peu à peu, elles forment, par un processus nommé athérosclérose, des plaques de cholestérol qui finissent par boucher les artères.

Tout comme le cholestérol élevé, l’hypertension est une maladie « silencieuse »;, qui ne produit que peu ou pas de symptômes. Elle est pourtant associée à un risque beaucoup plus élevé de maladies cardiovasculaires. Selon la Fondation des maladies du coeur, environ 23 % des Canadiens adultes ont reçu un diagnostic d’hypertension artérielle et, parmi ceux-ci, à peine 16 % sont traités et maîtrisés. On estime également que 42 % des hypertendus demeurent non diagnostiqués et ignorent être atteints d’hypertension. S’il y a moins de femmes hypertendues que d'hommes avant l’âge de 55 ans, leur nombre augmente progressivement avec le temps, surpassant éventuellement le sexe masculin. L’embonpoint et l’obésité, très présents chez les femmes ménopausées, sont souvent la cause de l’hypertension artérielle.

Mesdames, vous pouvez diminuer votre risque de maladie cardiovasculaire en modifiant votre mode de vie : abandon du tabac, alimentation plus saine, plus d’activité physique, moins de stress. Chaque geste compte : il suffit de s’y mettre! Il n’est jamais trop tard pour adopter de saines habitudes de vie. Cependant, en les intégrant tôt à son mode de vie, il est plus facile de les poursuivre en vieillissant. Ainsi, les femmes plus jeunes ne devraient pas fumer, surtout si elles utilisent un contraceptif oral. Une saine alimentation et la pratique d’activités physiques contribuent à maintenir un poids santé et représentent un bel héritage à transmettre aux enfants. Même si vous souffrez déjà d’hypertension, d’hypercholestérolémie ou autre, vous pouvez grandement améliorer votre condition en mangeant mieux et en bougeant plus.

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.