Vaccination : tous pour un et un pour tous!

La vaccination a permis de grandes avancées en santé publique en faisant disparaître de notre radar des maladies qui autrefois mettaient de nombreuses vies en danger. Or, on observe de plus en plus d’épidémies de certaines maladies qu’on croyait pourtant éradiquée. Ces épidémies surviennent lorsque le taux de vaccination est trop faible.

La vaccination a permis de grandes avancées en santé publique en faisant disparaître de notre radar des maladies qui autrefois mettaient de nombreuses vies en danger. Or, on observe de plus en plus d’épidémies de certaines maladies qu’on croyait pourtant éradiquée. Ces épidémies surviennent lorsque le taux de vaccination est trop faible.

Contrairement à ce que certains croient, la vaccination est encore nécessaire, car les maladies évitables par la vaccination existent encore ici et ailleurs dans le monde. Certains parents choisissent de ne pas faire vacciner leurs enfants parce qu’ils sont mal informés sur les risques de la vaccination ou parce qu’ils croient, à tort, que le fait que les autres soient vaccinés protège aussi leurs enfants. Mais plus le nombre de personnes non vaccinées augmente, plus le risque que des épidémies surviennent est grand.

Les vaccins font partie des soins routiniers des enfants, mais on oublie souvent que les adultes en profitent aussi. Voici une revue succincte des vaccins les plus courants :

Le tétanos, la diphtérie et la coqueluche Le tétanos, la diphtérie et la coqueluche sont trois infections causées par des bactéries. Le tétanos est une infection qui touche le système nerveux, causant des contractions musculaires intenses et involontaires. La diphtérie cause des difficultés à respirer. Faute d';un diagnostic précoce, la diphtérie peut entraîner la paralysie voire le décès de la personne infectée. La coqueluche pour sa part est une maladie infectieuse aiguë, épidémique et contagieuse, caractérisée par des quintes de toux très caractéristiques qui peuvent causer des vomissements. Comme le vaccin ne protège pas pour toute la vie, il est important de recevoir un rappel tous les dix ans, même si vous l’avez reçu étant enfant.

La méningite La méningite est une inflammation des membranes qui entourent le cerveau et la moelle épinière. Cette infection peut mener à des séquelles graves et au décès des personnes atteintes. Le vaccin fait partie du calendrier régulier de vaccination chez les enfants depuis quelques années. On l’administre aussi à certains adultes qui présentent un risque élevé de souffrir de cette infection.

La varicelle Cette infection fréquente chez les enfants cause des éruptions cutanées rouges et une démangeaison intense. Les complications possibles incluent une infection bactérienne de la peau, une infection du sang, une pneumonie ou une inflammation du cerveau. Le vaccin de la varicelle fait maintenant partie du calendrier régulier de vaccination des enfants.

La rougeole, la rubéole et les oreillons La rougeole est une maladie infectieuse et contagieuse qui affecte surtout les enfants et qui se transmet par contact direct. Même si l’infection est bénigne pour la majorité des patients, la rougeole peut parfois entraîner de graves complications comme une inflammation des tissus cérébraux. Une complication peut survenir plusieurs années plus tard et causer également des lésions au cerveau.

La rubéole est une maladie infectieuse et contagieuse, généralement bénigne et qui se transmet par voie aérienne ou de la mère au foetus. La rubéole est plus grave si elle survient durant la grossesse, surtout durant le premier trimestre, car elle peut provoquer une fausse couche ou de graves malformations du foetus.

Les oreillons sont causés par un virus. L’infection cause généralement l’enflure de la glande parotide qui est située près des oreilles et s’accompagne de fièvre et de douleur lors de la mastication. Elle est généralement bénigne, mais elle peut parfois s’attaquer au pancréas, au cerveau ou aux testicules, chez les garçons.

Un seul vaccin permet de protéger contre ces trois infections. Il fait partie du calendrier régulier de vaccination des enfants et protège pour toute la vie. On recommande aussi la vaccination aux adultes qui n’ont pas été vaccinés pendant l’enfance.

Le virus du papillome humain Le virus du papillome humain (VPH) est fréquemment transmis lors des relations sexuelles. Bien que la plupart des personnes infectées ne présente aucun symptôme, certaines pourront développer des verrues génitales. L’infection à VPH peut aussi causer le cancer du col de l’utérus chez la femme et différents autres cancers génitaux (chez l’homme et la femme).

Au Canada, le vaccin est approuvé chez les filles et les garçons de 9 à 26 ans. Il fait partie du calendrier général d’immunisation pour les jeunes filles seulement (4e année du primaire et 3e année du secondaire).

L’hépatite A Cette infection virale du foie peut avoir de graves conséquences. Le Ministère de la Santé fournit gratuitement ce vaccin pour certains groupes à risque, dont les porteurs d’autres infections hépatiques, les personnes de certaines communautés culturelles, les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes ou les personnes vivant en centre de détention.

L’hépatite B Cette infection virale du foie peut devenir chronique et causer des complications graves à long terme. Le vaccin fait partie du calendrier régulier d’immunisation au Québec. On administre généralement aux écoliers le vaccin qui protège à la fois contre l’hépatite A et l’hépatite B.

La grippe La grippe est une infection virale qui touche le système respiratoire. Ses complications peuvent être graves, voire même mortelles. Le vaccin ne protège pas complètement contre la grippe, mais il diminue fortement le risque d’être atteint d’une forme sévère de l’infection. Ce vaccin ne protège en aucun cas contre le rhume.

Le vaccin de la grippe est gratuit pour de nombreux Québécois, notamment pour les femmes enceintes, les jeunes enfants, les personnes de plus de 60 ans, les personnes atteintes de maladies chroniques et celles en contact avec des personnes à risque.

Les infections à pneumocoque Une infection bactérienne à pneumocoque peut prendre différentes formes comme une pneumonie, une méningite ou même une infection dans le sang et ces conséquences peuvent être très graves. Le vaccin est gratuit pour les personnes de 65 ans ou plus, celles ayant un système immunitaire compromis, ou encore celles souffrant de maladies chroniques comme l’asthme ou le diabète, les maladies du poumon ou du foie.

La gastro-entérite virale Un vaccin gratuit contre la gastro-entérite causée par le rotavirus fait aussi partie du calendrier régulier de vaccination au Québec. On le donne aux tout-petits bébés, dès l’âge de 6 semaines. C’est un vaccin buvable plutôt qu’une injection. Sa protection ne dure pas toute la vie, mais il protège efficacement les bébés pendant la période où ils sont le plus vulnérables aux conséquences graves de la «gastro»;.

Le zona Une personne qui a eu la varicelle est à risque de souffrir de zona plus tard au cours de sa vie. Le zona est en fait la réactivation du virus dans les nerfs, ce qui est très douloureux. La vaccination contre le zona ne fait pas partie des programmes de vaccination soutenus financièrement par le Ministère de la santé, mais il est recommandé pour les personnes âgées de 60 ans ou plus.

Les vaccins sont-ils dangereux? Les vaccins sont parmi les outils les plus sécuritaires de la médecine moderne. Néanmoins, comme tous les médicaments, les vaccins peuvent parfois provoquer des effets indésirables, le plus souvent mineurs, comme de la douleur ou de la rougeur au point d’injection, des malaises ou ont de la fièvre. Ces effets sont temporaires et constituent des réactions normales de l’organisme au vaccin. Dans de très rares cas, des réactions allergiques graves peuvent survenir après la vaccination, comme après la consommation d’un nouvel aliment auquel la personne serait allergique. C’est pour cela qu’on vous demande de d’attendre un certain temps avant de quitter le bureau du médecin après l’injection.

Si vous avez des questions sur les vaccins, n’hésitez pas à en parler à votre pharmacien.

Les médicaments et les services pharmaceutiques présentés sur le site familiprix.com sont offerts par les pharmaciens propriétaires des pharmacies affiliées à Familiprix. Les renseignements contenus sur le site familiprix.com sont fournis à titre informatif seulement et ne remplacent d’aucune façon l’avis et les conseils de votre pharmacien ni de tout autre professionnel de la santé. Consultez toujours un professionnel de la santé avant de prendre ou de cesser de prendre un médicament ou de prendre quelque autre décision en cette matière. Familiprix inc. et les pharmaciens propriétaires affiliés à Familiprix n’engagent leur responsabilité d’aucune façon en rendant disponibles ces renseignements sur ce site internet.